Femina Logo

santé

Boire en écoutant de la musique fort pourrait amoindrir la perception de l'alcool

Pour les besoins de l'étude, on a demandé à 80 participants de classer à l'aveugle une sélection de boissons selon leur teneur en alcool, leur douceur et leur amertume en présence de divers types de sons comme de la musique, les infos, les deux ensemble ou dans le silence.

L'étude a montré que les sujets trouvaient les boissons bien plus sucrées en présence de musique. Lorsque les participants étaient soumis au plus haut degré de distraction, à savoir la musique et les infos, ils étaient moins capables d'évaluer la teneur en alcool des verres, le bruit semblant diminuer les capacités d'évaluation.

"Comme les humains ont une préférence innée pour le sucré, ces résultats pourraient expliquer pourquoi on a tendance à consommer plus d'alcool dans un environnement bruyant", a expliqué le chercheur en charge de l'étude, Lorenzo Stafford, dans un communiqué. "C'est une étude menée à petite échelle, mais elle présente de nombreuses implications pour les personnes qui boivent de l'alcool dans des environnements bruyants; mais aussi pour les bars, l'industrie des boissons alcoolisées et les autorités locales."

Par ailleurs, une étude publiée cet automne dans le British Journal of Psychology avait aussi montré que la musique pouvait influencer le goût du vin. Après avoir examiné la perception gustative de 250 étudiants, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le vin prenait certains attributs du style de musique écouté pendant la dégustation.

Par exemple, si vous voulez que votre Merlot offre des arômes plus terreux et corsés, la British Psychological Society conseille d'essayez de le déguster en écoutant Tom Jones. Pour relever votre Pinot Noir, c'est du Lady Gaga qu'il faut écouter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.