Femina Logo

Agée de 62 ans, je suis divorcée depuis 11 ans. Cela fait 15 ans que je n’ai plus eu de rapports intimes, après avoir eu un cancer de l’utérus avec des métastases et un lourd traitement de radiothérapie et curiethérapie, mon ex-mari m’a considérée comme «intouchable». J’ai beaucoup culpabilisé envers moi-même et vis-à-vis de lui. Depuis lors, je me sens très diminuée, plus du tout femme, voire même asexuée. En fait ma vie de femme s’est arrêtée depuis ce cancer. Mon gynécologue m’avait avertie que si je n’avais pas de rapport sexuel après ce traitement, mon vagin perdrait sa souplesse, ce qui n’a pas manqué d’être le cas. Difficile de convaincre mon mari de faire ce qu’il ne désirait plus faire avec sa femme, comme difficile de le tromper dans de telles circonstances. Je suis allée consulter un chirurgien de la reconstruction, mais il m’a déconseillé une intervention en raison de lésions irréversibles au niveau de la vessie et des intestins et du risque de septicémie. Mon pancréas n’ayant pas supporté la radiothérapie, je suis devenue diabétique et porteuse d’une pompe à insuline, donc à la merci de la moindre infection. Comment faire pour avoir une vie affective et amoureuse, pour me sentir redevenir femme? Ou dois-je faire une croix là-dessus et continuer à me consoler avec mes souvenirs? Avec le recul, je constate que le choix de me mettre «sous cloche» n’a pas été judicieux… Le passé étant le passé, comment imaginer un avenir plus doux, plus chaud, plus heureux? Si mes questions ont suscité votre intérêt, j’en suis ravie et d’avance je vous remercie du temps que vous allez consacrer à me lire et à me répondre.
Sylvia

Découvrir un cancer de l’utérus métastatique à 47 ans quand on n’est pas encore ménopausée est un terrible choc pour une femme. On vous a sans doute rapidement «tout enlevé» et les traitements de radiothérapie et de curiethérapie au niveau de votre ventre ont eu beaucoup d’effets secondaires: lésions intestinales et vésicales, diabète irréversible, atrophie vaginale, sans compter la fatigue, la dépression et la peur de mourir. Vous vous en êtes miraculeusement sortie et vous avez été très courageuse! Quand votre vie est en danger et que la mort rôde, il est difficile de préserver sa vie intime et sexuelle. Dans ce contexte, la plupart des hommes se sentent très démunis et ne savent pas comment aider leur femme devenue «intouchable». Souvent, ils n’osent même plus les gestes tendres et affectueux, ce qui crée un grand vide… Certains hommes quittent leur épouse dans un contexte médical si délicat, souvent par peur de la perdre définitivement.

Comment pouvez-vous vous sentir coupable d’une telle situation? Vous n’avez pas choisi d’être victime d’une telle maladie ni de passer par une telle épreuve de vie. Vous avez dû rassembler toutes vos forces et votre volonté pour lutter contre ce cancer et vous y êtes parvenue puisque 15 ans plus tard vous êtes encore en vie. Courageusement vous avez réussi à surmonter ce défi et à vous en sortir. Malheureusement pas sans séquelles: des séquelles physiques handicapantes mais aussi des séquelles morales et affectives avec un divorce! Comment pouvez-vous vous en vouloir d’avoir mis votre sexualité «sous cloche», alors que vous n’aviez pas d’autre choix? Savez-vous que l’immense majorité des personnes atteintes du cancer renoncent pendant plusieurs années à leur vie sexuelle, même quand leur cancer ne les touche pas dans une zone sexuelle? Et vous avez été atteinte au cœur de vos organes génitaux! Je vous en prie, ne vous culpabilisez pas d’avoir renoncé à votre vie intime quand vous luttiez pour votre survie, c’est tout à fait normal.

Maintenant que vous en êtes sortie et que tout cela est loin derrière vous, vous vous prenez à rêver d’une vie plus douce et meilleure. Vous avez perdu votre mari dans la bataille, il s’est désolidarisé de vous et vous vous retrouvez seule. Et à 62 ans, vous n’êtes pas encore si âgée, tout juste au seuil du 3e âge, et vos souvenirs ne vous suffisent plus à vous consoler. Je vous encourage à suivre votre envie de vous reconstruire un avenir plus chaud et plus heureux. Vous pourriez faire le bonheur d’un homme de votre âge, opéré d’un cancer de la prostate et ayant perdu sa capacité érectile. Vous auriez en commun le vécu de la maladie qui vous permettrait de mieux vous comprendre et de vous soutenir à deux. Vous pourriez vous consoler de la perte d’une certaine forme de sexualité et explorer ensemble tout ce qu’on peut faire en dehors de la pénétration. Et si vous avez conservé la sensibilité de votre clitoris, vous avez encore la possibilité de jouir et d’avoir du plaisir. Vous êtes vraiment trop jeune pour renoncer à une vie amoureuse et à votre vie de femme. J’en ai même vu connaître le coup de foudre et se remettre en couple au 4e âge dans un EMS!

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.