Femina Logo

Une étude de l'Université de Missouri-Columbia avance que les jeunes obèses ont besoin d'un apport quotidien d'au moins 4000 UI (Unité Internationale) de cette vitamine - sept fois plus que les recommandations actuelles (600 UI) de l'Institut de médecine américain.

"Si les adolescents obèses ne consommaient que les 600 UI recommandés, ils seraient en danger", a expliqué l'auteur de l'étude Catherine Peterson, dans un communiqué. "Il faut 4000 UI pour suffisamment augmenter leur taux de vitamine D... Cela signifie que les médecins doivent évaluer avec attention le taux de vitamine D de leurs patients obèses ou en surpoids."

Cette catégorie de la population a tendance à stocker la vitamine D dans ses réserves graisseuses, empêchant celle-ci de passer dans le sang et d'être utilisée par le corps.

Pour mener à bien l'étude, les chercheurs ont donné à un groupe d'adolescents en surpoids des compléments de vitamine D3 (de 4.000 UI/jour pendant six mois), et à un autre un placebo. Ils sont arrivés à la conclusion que même si le seuil maximum recommandé était largement dépassé, ce traitement était sûr et améliorait la santé des jeunes.

La vitamine D permet au corps d'absorber le calcium et est essentielle à la santé osseuse. Les consommateurs peuvent aussi se tourner vers la grande distribution pour leurs apports en vitamine D, celle-ci propose depuis plusieurs années des produits enrichis, allant du lait aux jus.

Une étude, publiée il y a quelques mois dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, montrait qu'un certain type de pain pouvait aussi répondre aux besoins en vitamine D d'une population américaine en carence constante.

Le pain contenant de la levure enrichie en vitamine D2 comporterait autant de bienfaits que la vitamine D3 que l'on trouve naturellement en s'exposant aux rayons solaires mais aussi dans certains poissons en boîte (saumon, sardines) et dans le fromage, selon les sci

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.