Femina Logo

santé

Certains garçons autistes ont un cerveau plus gros

Les chercheurs de l'Institut MIND de l'Université de Californie à Davis ont découvert que ces enfants avaient un volume cérébral supérieur de 6% à celui des autres enfants, selon l'étude publiée par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Cette croissance anormale du cerveau commence dès l'âge de quatre mois et se poursuit jusqu'à 19 mois, selon cette étude menée auprès de 180 enfants, dont la tête a été mesurée et qui ont subi des tests IRM (imagerie par résonnance magnétique).

La surdimension du cerveau avait déjà été liée à l'autisme par d'autres études mais la recherche effectuée à l'institut MIND est la première à révéler que seuls les autistes victimes de régression de certaines compétences, comme le langage, en sont affectés.

La recherche, présentée comme "la plus vaste jamais menée sur le développement cérébral chez les enfants d'âge pré-scolaire", n'a découvert aucune croissance anormale du cerveau chez les filles autistes.

L'autisme frappe un enfant sur 110 et quatre fois plus de garçons que de filles. Ses causes ne sont pas connues et l'autisme se présente sous de nombreuses formes, de la simple timidité en société à l'incapacité de communiquer, en passant pas l'hypersensibilité au bruit ou à la lumière.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E15: Comment soigner l'orthorexie, l'obsession de bien manger

En découvrant les centaines de recommandations, études et «régimes detox» dont nous bombarde la Toile, il n'est pas difficile de devenir légèrement parano, en pensant à son alimentation. Mais comment manger sainement, sans que cette envie ne vire à l'obsession ou nous dérobe toute notion de plaisir? Dans cet épisode, une diététicienne nous aide à identifier le trouble très moderne de l'orthorexie, à simplifier notre rapport à l'alimentation et surtout... à retrouver le bonheur de manger!

Dans vos écouteurs

E14: Comment chasser la déprime saisonnière

Quand le soleil décide de se coucher à l'heure du goûter, il est parfois difficile de ne pas se sentir épuisé, démoralisé, démotivé... Afin de nous aider à lutter contre les effets du manque de lumière, une psychologue et coach détaille une véritable stratégie anti-blues, en s'inspirant des pays scandinaves. Comme un petit shot de vitamine D.

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.