Femina Logo

"Le sentiment d'un pénis de taille insuffisante est pour l'homme source d'anxiété ou de souffrance psychologique", rappelle cette institution savante face à la demande "souvent pressante" d'une chirurgie correctrice.

L'académie entend en effet "sensibiliser le public à l'inutilité et au risque de toute chirurgie sur un pénis de dimension normale et physiologiquement actif", écrit-elle dans un avis émis mercredi. Elle y indique en note une longueur "moyenne" au repos de l'organe masculin (9 à 9,5 centimètres ou cms) et en érection (12,8 à 14,5 cms) ainsi qu'une valeur moyenne de sa circonférence au repos (8,5 à 9 cms) et en érection (10 à 10,5 cms).

Aucune décision opératoire ne doit être prise sans l'avis motivé d'un psychiatre spécialisé, précise l'académie. "Dans tous les cas où le pénis est dans des dimensions normales tant en longueur qu'en circonférence la demande du patients est plus liée à l'image qu'à la fonction". Pourtant, au regard des publications médicales sur le sujet "aucune intervention ne peut être recommandée".

En effet, les nombreuses techniques d'allongements (avec section du ligament suspenseur du pénis) ont des "résultats limités et un risque certain de complications en particulier au niveau de l'érection". "Les implantations de matériaux variés (silicone, vaseline...) doivent être proscrites" tandis que les augmentations de calibre du pénis par injections de graisse provenant du patient qui visent un "effet cosmétique sur la verge flaccide ont un résultat inconstant et passager, à cause la réabsorption de la graisse", soutient-elle.

En revanche, l'indication d'interventions, dans des centres experts, en cas de micropénis congénital dans le cadre de malformations néo-natales ou consécutives à un cancer de la verge ou encore à un traumatisme est "tout à fait licite". "Le futur opéré doit cependant être prévenu que les résultats de cette chirurgie sont inconstants et que le taux de complications est élevé", note-t-elle.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.