Femina Logo

santé

Comment savoir si vous avez bien dormi cette nuit?

Getty Images 502156467
© Getty

Nous connaissons la chanson: la sonnerie stridente du réveil nous perce les tympans et, d’emblée, nous sentons que la journée sera accompagnée de bâillements. Et le pire, c’est que nous ne comprenons pas vraiment d’où surgit cette pénible fatigue, puisque nous ne nous sommes pas couchées inhabituellement tard.

L’étude tant attendue

Jusqu’à présent, nous ne disposions pas franchement d’informations nous permettant de juger l’efficacité réelle de notre sommeil. En effet, le médecin spécialiste du sommeil, Philip Gehrman souligne que nous sommes plutôt mauvais pour évaluer la qualité de notre nuit: «Parfois, les gens pensent qu’ils ne dorment pas bien alors qu’ils se trouvent dans la moyenne normale», précise-t-il au site américain Health.com.

Afin de nous fournir les données nécessaires, la Fondation américaine du sommeil (National Sleep Foundation) s’est lancée en quête des principaux signes d’une nuit reposante. Le résultat, publié dans un rapport en toute fin 2016, est basé sur un panel de 277 études réalisées antérieurement.

Et les indicateurs d’un sommeil optimal sont (roulement de tambours):

1. S’endormir en trente minutes maximum

Apparemment, ne pas parvenir à tomber dans les bras de Morphée dès que notre tête touche l’oreiller (chanceux sont ceux qui ont cette faculté) n’est pas si grave: tant qu’on ne reste pas éveillé plus de trente minutes après l’extinction des feux, il n’y a aucune inquiétude à avoir.

Toutefois, si l’attente du marchand de sable se révèle plus longue, le spécialiste Philip Gehrman évoque deux facteurs possibles: soit l’heure du coucher est trop précoce et contrarie notre «horloge interne», soit les activités qui ont précédé la mise au lit ont été trop stimulantes. En d’autres termes, on essaie de se coucher légèrement plus tard et on repousse les séances de zumba à la pause déjeuner.

2. Ne pas se réveiller plus d’une fois par nuit

Laquelle d’entre nous ne se réveille pas de temps en temps, au beau milieu de la nuit, agitée par un cauchemar, un bruit soudain ou un souci? Et bien soyons rassurées, car cela ne signifie pas forcément que notre nuit de sommeil est perdue: tant que cette habitude n’est pas trop fréquente, elle n’augure aucun problème particulier.

Cependant, si ces réveils soudains et impromptus se répètent, engendrant des difficultés à se rendormir, cela pourrait être le signe d’un petit trouble de la santé. «Ils peuvent simplement être dus à une prise de repas trop proche de l’heure du coucher», suggère Philip Gehrman. On pourrait aussi soupçonner un problème d’apnée du sommeil. Si la raison ne nous apparaît pas facilement, mieux vaut en parler à son médecin généraliste, la prochaine fois qu’on lui rendra une petite visite.

3. Se rendormir en 20 minutes

Lorsque le sommeil se fait désirer après un réveil brutal à trois heures du matin, il n’est pas rare qu’un sentiment de frustration nous envahisse. Cette pénible interruption ne devrait pas dépasser vingt minutes cependant, sinon gare à la fatigue le lendemain.

Dans ce cas, le spécialiste du sommeil conseille de quitter son lit pour s’adonner à une «activité relaxante» comme bouquiner, écouter la radio ou s’essayer au coloriage (évitons toutefois les écrans!)

4. Les 85% du temps passé au lit sont dédiés au sommeil

Et pour finir, il serait grand temps d’abandonner l’habitude de regarder des séries sous la couette. En effet, Philip Gehrman rappelle que la chambre à coucher devrait nous servir pour deux choses seulement: dormir et faire l’amour. C’est tout! Afin d’optimiser la qualité du sommeil, il faudrait réduire au maximum les autres activités auxquelles nous nous livrons parfois dans notre lit. (Adieu, interminables séances de scrolling et autre binge-watching!)


A lire aussi:
Bien dormir, ça s'apprend
Sommeil: les dernières innovations pour bien dormir
Pourquoi sommes-nous toujours fatiguées?

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.