Femina Logo

Retrait, méthodes Ogino ou Billings… ces méthodes de contraception, que l’on croyait dépassées ou réservées aux plus babas cools d’entre nous, sont de plus en plus plébiscitées par les femmes. C’est ce que révèle une étude française des instituts français Ined- Inserm. On y apprend que près d’une Française sur dix a recours aujourd’hui à une de ses méthodes dites naturelles. Et si la pilule reste encore le contraceptif le plus usité, son emploi recule de 9%. Quand 50% des femmes entre 15 et 49 ans l’utilisaient encore en 2010, elles ne sont plus aujourd’hui que 41%.

Le pourquoi

Les raisons de ce désamour sont à chercher dans les crises sanitaires liées aux pilules de troisième et quatrième générations, dont l’implication dans plusieurs cas de graves thromboses veineuses est avancée. Aujourd’hui, les femmes, qui tombent enceintes de plus en plus tard ne veulent plus infliger à leurs corps la prise quotidienne de produits chimiques et potentiellement dangereux. Le recours au stérilet non hormonal a augmenté de 1, 9%, même chez celle qui n’ont encore pas eu d’enfants, tandis que celui au préservatif a progressé de 3, 2%. Plus surprenant encore, le retrait (qui consiste pour l’homme à se retirer avant l’éjaculation) augmente de 3, 2%.

La prise de température, le contrôle du calendrier du cycle ou la méthode Billings (qui consiste à observer sa glaire cervicale) ont aussi le vent en poupe, malgré leurs importants risques d’erreurs, aidés par des applications développées pour les smartphones. Se réapproprier leurs corps, responsabiliser leurs partenaires… en matière de contraception, les femmes explorent de nouveaux territoires…

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.