Femina Logo

santé

Découverte du point faible de l'agent du paludisme ?

Ce mécanisme d'entrée essentiel est commun à toutes les souches du parasite le plus mortel, Plasmodium falciparum (P.falciparum), notent les chercheurs, mercredi dans la revue scientifique britannique Nature. Par conséquent, un futur vaccin pourrait en théorie être efficace contre l'ensemble de ces souches, expliquent-ils. Ces résultats, "inattendus", ont complètement modifié la façon dont ils voyaient le processus d'invasion parasitaire, selon Gavin Wright du l'Institut Sanger (Cambridge, Royaume-Uni), co-auteur de l'étude.

Jusqu'à présent, on pensait que le parasite P. falciparum avait plusieurs options pour percer les défenses de cellules sanguines. Mais selon le Dr Wright et ses collègues (Sénégal, Japon, Etats-Unis), l'interaction entre une molécule spécifique du parasite, appelée "ligand PfRH5", et un récepteur du globule rouge, la basigine (BSG), est indispensable à l'invasion. De plus, selon leurs travaux, des anticorps anti-BSG peuvent bloquer l'infestation des cellules sanguines, quelle que soit la souche testée en laboratoire.

Selon les premiers résultats d'un vaste essai, dévoilés le mois dernier, un candidat-vaccin RTS,S du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a permis de réduire de moitié le risque d'infection chez de jeunes Africains. Pour le Pr Adrian Hill (Institut Jenner, Oxford), ces résultats sont "encourageants". Mais, d'après lui, il faudrait pouvoir disposer à l'avenir de vaccins plus efficaces si l'on veut éradiquer un jour la maladie. La découverte de ce récepteur unique, qui peut être ciblé pour stopper l'invasion sanguine par le parasite, laisse espérer une solution bien plus efficace, estime-t-il.

Malgré d'importants progrès ces dernières années - large utilisation de moustiquaires imbibées d'insecticide, pulvérisations d'insecticide sur les murs des habitations et accès aux médicaments à base d'artémisinine - la maladie tue encore 781 000 personnes par an, à 85% des enfants de moins de cinq ans en Afrique sub-saharienne, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina