Femina Logo

santé

Des médecins espagnols annoncent une première dans la chirurgie foetale

"C'est la première fois au monde. C'est la première fois qu'une telle opération est tentée et réussit", a affirmé le docteur Eduard Gratacos, chef du service de médecine foetale de l'hôpital Clinic de Barcelone, en présentant à la presse le bébé en pleine forme.

Le foetus souffrait d'une "atrésie bronchique", obstruction de poumons très fréquente qui touche un foetus sur 10 000, a expliqué le médecin. Cette "obstruction totale des bronches du poumon droit mettait en péril sa vie parce que le poumon se développait anormalement et se comportait comme une tumeur", a-t-il ajouté. "Sans la thérapie foetale, le bébé n'aurait pas survécu", a-t-il précisé.

L'opération a duré 30 minutes, a expliqué M. Gratacos, accompagné du responsable de l'unité de cardiologie foetale de l'hôpital, Josep Maria Martinez, et des médecins de l'hôpital Sant Joan de Deu, la chirurgienne pédiatrique Montserrat Castanon et le spécialiste de médecine prénatale Julio Moreno. "Parce que dans ces cas là, il faut opérer très vite, comme une attaque de banque", a-t-il ajouté. Le foetus avait alors 26 semaines et pesait 800 grammes. Ce qui est nouveau, c'est que les médecins ont procédé à une endoscopie pour accéder au point d'obstruction dans les bronches et les perforer avant de les "reconnecter" dans l'arbre bronchique, a-t-il poursuivi.

Le poumon malade a ensuite pu se vider, se réduire jusqu'à reprendre une taille normale. Le bébé est né 11 semaines plus tard, pesant 2,54 kilogrammes et a pu être traité sans problème d'une insuffisance respiratoire légère.

Alaitz (joie, en basque) est "totalement normale. Elle se réveille contente et heureuse, rit quand elle est contente, pleure quand elle a faim', s'est réjouit sa mère, Monica Corominas, aux côtés de son mari Marco.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.