Femina Logo

Une étude australienne a découvert qu'un mode de vie inactif et sédentaire était ce qui contribuait le plus aux maladies du coeur chez les femmes entre les âges de 30 à 90 ans, plus encore que le surpoids, qu'une tension élevée ou que le tabagisme, les trois autres facteurs de risque derrière la principale cause de décès dans les pays à revenu élevé.

Publiée dans le British Journal of Sports Medicine, cette étude s'est penchée sur les différents facteurs de risque chez 32.154 femmes en Australie.

Après avoir inclus la prévalence du tabagisme, de l'inactivité, du surpoids et de la tension élevée et s'être penchés sur les données du risque relatif (la probabilité qu'une femme présentant des facteurs de risque développe une maladie cardiaque), les chercheurs ont conclu qu'à partir de 30 ans, des niveaux d'activité physique bas étaient responsables de risques plus élevés pour la population que n'importe quel autre facteur.

Pour les femmes de moins de 30 ans, le facteur de risque le plus important était le tabagisme.

La morale de cette étude? Si toutes les femmes de plus de 30 ans pouvaient réaliser leur quota d'exercice hebdomadaire recommandé (soit 150 minutes d'activité physique modérée à intense), les vies de 2.000 femmes pourraient être sauvées chaque année en Australie, déclarent les chercheurs.

Une autre étude, plus petite, et cette fois venue de France, est arrivée à une conclusion similaire après s'est penchée sur 40 hommes en bonne santé entre les âges de 55 et 70 ans.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont comparé la santé cardiaque d'hommes qui avaient commencé à mener un mode de vie actif avant l'âge de 30 ans et la santé cardiaque de ceux qui avaient commencé à faire du sport après 40 ans. Les activités les plus populaires étaient le vélo et le footing.

Globalement, après avoir mené une série d'examens qui comprenaient des tests à l'effort maximum, des échocardiographies et des analyses du rythme cardiaque, les chercheurs n'ont découvert aucun différence entre les hommes ayant commencé à faire de l'exercice à un jeune âge et ceux qui s'y étaient mis plus tard.

Les résultats ont été présentés à une rencontre de la Société européenne de cardiologie qui a eu lieu le week-end dernier à Amsterdam.

Alors que les chercheurs indiquent qu'il est possible que l'activité physique ne puisse pas renverser les dommages causés au système cardiovasculaire par le vieillissement, ils font toutefois remarquer qu'elle peut jouer un rôle significatif dans le ralentissement de ce processus.

"Mais il n'est jamais trop tard pour changer son mode de vie et devenir plus actif physiquement", déclare l'auteur principal de l'étude, David Matelot.

"Ce sera toujours bénéfique pour le coeur et le bien-être. Un niveau d'entraînement élevé pendant des heures chaque semaine n'est pas nécessaire. Prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur ou jardiner régulièrement, peuvent aussi s'avérer bénéfiques."

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.