Femina Logo

santé

Faire dormir son nourrisson sur une peau de bête pour réduire son risque d'allergies?

Et si les nourrissons n'avaient pas besoin d'un environnement stérile au cours des premiers mois de leur vie?
© DR

L'exposition à l'environnement microbien de la fourrure animale au cours des trois premiers mois de vie des nourrissons pourrait aider à réduire les risques allergiques au cours de l'enfance, à en croire le docteur Christina Tischer, du centre de recherche Helmholtz Zentrum de Munich.

«Des recherches précédentes ont montré que les microbes présents en milieu rural pouvaient protéger de l'asthme», a commenté le médecin en référence à des études menées sur des enfants nés et élevés à la campagne. «Une peau de bête peut aussi s'avérer être un véritable réservoir à microbes, suivant des mécanismes similaires à ceux observés en milieu ruraul.»

Le docteur Tischer et son équipe se sont donc demandé si les peaux de bête pouvaient offrir une alternative aux milieux aseptisés dans lesquels évoluent les petits nés en ville. Les scientifiques ont travaillé sur 2441 nouveaux nés allemands bien portants, 55% desquels avaient dormi sur de la fourrure animale au cours de leurs trois premiers mois d'existence.

Ils ont mesuré l'exposition microbienne des bébés, pour la plupart nés en 1998, et leur état de santé à l'âge de 10 ans. Ils ont trouvé que les risques de développer des symptômes d'asthme à l'âge de six ans reculaient de 79% et baissaient de 41% à 10 ans. «Nos résultats confirment qu'il est essentiel d'étudier plus en détail l'environnement microbien réel présent dans les fourrures animales pour confirmer ces associations», a expliqué Christina Tischer.

Des recherches précédentes menées sur des enfants élevés à la ferme s'étaient concentrées sur l'alimentation (fraîcheur des produits) et la qualité de l'air, à l'instar de celle de l'université de Goteborg parue en juillet, ou celle de l'université Johns Hopkins datant de juin menée sur des petits citadins.

L'une de ces études expliquait que l'exposition aux déjections de rongeurs et de cafards pouvait avoir un effet protecteur sur les plus jeunes, effet positif comparable à l'environnement fermier, dès lors qu'on expose les nourrissons au cours de leur première année.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.