Femina Logo

santé

Hong Kong relève son alerte à la grippe aviaire, embargo sur la volaille

Le niveau d'alerte a été relevé à "sérieux", troisième degré sur une échelle qui en compte cinq.

Le directeur de la santé de Hong Kong, York Chow, a annoncé l'interdiction à titre conservatoire toutes les importations de volaille vivante et l'abattage immédiat de 17 000 poulets après la découverte d'un poulet malade sur un marché. "C'est le coeur lourd que j'annonce qu'un poulet mort a été testé positif au virus H5N1 après un contrôle de routine", a déclaré York Chow lors d'une conférence de presse mardi soir.

Les carcasses d'un Shama dayal - un passereau - et d'une mouette rieuse ont par ailleurs été testées positives au H5N1. La personne qui a ramassé la mouette dans la cour d'une école, ainsi que son fils, ont développé des symptômes grippaux. Ils ont tous deux été brièvement hospitalisés. Selon la télévision publique RTHK, une vingtaine d'élèves d'une école pour filles, âgées de six à sept ans, présentent également des symptômes grippaux mais n'ont pas été hospitalisées.

Hong Kong avait été le premier pays à connaître une épidémie de grippe aviaire d'importance en 1997, avec le décès de six personnes, provoqué par une mutation à l'époque inconnue du virus. Des millions de volailles avaient été abattues.

Les contaminations par le virus H5 se sont jusqu'ici déroulées de l'animal vers l'homme mais les scientifiques craignent qu'une mutation permette des contaminations d'homme à homme, déclenchant une pandémie meurtrière. Les épidémies de maladies infectieuses sont prises très au sérieux à Hong Kong depuis l'épidémie de pneumonie atypique (Sras) en 2003, qui y avait fait 300 victimes.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.