Femina Logo

santé

L'épidémie d'obésité aux Etats-Unis reste au plus haut

Le bilan, obtenu en épluchant les données recueillis pour le sondage 2009-2010 National Health and Nutritional Examination Survey (NHANES), est sans appel: l'indice de masse corporelle ou IMC (votre poids en kilos divisé par le carré de votre taille en mètres) des Américains, hommes et femmes confondus, s'élève à 29.

A titre indicatif, les personnes ayant un IMC compris entre 25 et 29 sont considérées en surpoids, et celles affichant un IMC de 30 ou plus sont considérées obèses. Avec un IMC de 29, l'Américain moyen est donc en surpoids.

Les deux études - l'une se penchant sur l'obésité chez les adultes, et l'autre chez les enfants - ont été publiées le 17 janvier 2012 sur le site de la revue Journal of the American Medical Association.

Ce sont les hommes adultes qui ont vu leur IMC augmenter le plus sur une période de 12 ans (qui s'est achevée en 2010). A l'issue des douze ans, 35,5% d'entre eux étaient classés obèses selon leur IMC. Chez les hommes noirs, la proportion atteint presque 39%, et elle est de 36,2% chez les Latinos.

Le taux d'obésité chez les femmes est resté stable au cours des douze dernières années (35,8%), même s'il est en légère augmentation chez les femmes noires et latinos. Toutes populations confondues, la proportion d'Américains obèses était de 35,7%, soit un peu plus d'un tiers de la population adulte. Si on aditionne ce chiffre à la proportion d'Américains en surpoids, 69% des Américains seraient en surcharge pondérale.

L'étude sur les ados et les enfants américains indique qu'ils sont un sur six à être considérés obèses. On y remarque les mêmes tendances que chez les adultes: l'obésité touche bien plus de garçons que de filles (19% contre 15%), et la proportion d'enfants obèses augmente dans les populations latino et noires.

jama.ama-assn.org/content/early/2012/01/11/jama.2012.39.full

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.