Femina Logo

santé

Les créatifs plus sensibles à la dépression et aux addictions

L'acteur Robin Williams, qui se serait donné la mort dans la nuit du lundi 11 août 2014, souffrait d'une sévère dépression selon son attachée de presse.
© DR

Des artistes comme Jim Carrey, Catherine Zeta-Jones, Mel Gibson ou Benoit Poelvoorde ont évoqué publiquement leur dépression associée ou pas à la prise d'alcool ou à la drogue. Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 350 millions de personnes de tous âges souffrent de dépression dans le monde. «Dans sa forme la plus sévère, elle peut conduire au suicide», selon l'OMS qui parle d'une estimation de «un million de morts chaque année».

L'attachée de presse de Robin Williams, Mara Buxbaum, a expliqué que le héros de «Good morning Vietnam», «Mrs Doubtfire», «Will Hunting» ou «Le cercle des poètes disparus» souffrait ces derniers temps d'une «sévère dépression». Selon la police, la cause probable de son décès est «un suicide par asphyxie».

Pour le professeur Michel Reynaud, chef du département de psychiatrie et d'addictologie à l'hôpital Paul Brousse (Villejuif), le lien existe entre talent créatif, dépression et addiction. «Les artistes sont souvent des gens plus sensibles, ressentant plus fortement les émotions. Ca fait en général des écrivains, des poètes, des musiciens, des acteurs de grande qualité, mais derrière des êtres souvent anxieux, déprimés, angoissés, bipolaires», relève-t-il.

Ce d'autant que les produits (alcool, drogue), généralement disponibles dans leur environnement - «milieu de plaisir, de fête, d'argent» -, facilitent l'expression artistique. Il faut ajouter, selon lui, une pression à la réussite et des acteurs qui vivent «dans une espèce d'exaltation narcissique». «Ils disent bien qu'ils jouent leur vie et leur narcissisme sur chaque film ou chaque pièce.»

Sans motif clairement identifié

«Il y a des études précédentes liant talent créatif et problèmes de santé mentale même si le mécanisme exact demeure un mystère», enchaîne le professeur Vikram Patel, directeur du Centre britannique de santé mentale mondiale (Global Mental Health). Cela dit, «les circuits du cerveau qui sont à l'origine de la créativité sont les mêmes que ceux de la maladie mentale, donc être créatif peut accroître le risque de maladie mentale», dit-il.

Le lien entre dépression, bipolarité et addiction est également avéré car, selon le Pr Reynaud, «entre un tiers et 50% des addicts sont déprimés et la moitié des bipolaires ont des problèmes d'addiction». «Et les addictions par elles-mêmes entraînent des syndromes dépressifs, souvent graves, pendant lesquels les gens peuvent se tuer», poursuit-il.

Une étude du Journal of Phenomenological Psychology en 2009 assurait que si la célébrité apportait richesse, privilège et «immortalité symbolique», il y avait un prix mental à payer pour un statut qui isole les personnes, les rendent méfiantes vis à vis des autres, et peut conduire à une scission entre «personne célèbre» et «personne privée».

Pour Jeffrey Borenstein, président du Brain and Behaviour Research de New York, «les gens ont du mal à comprendre pourquoi quelqu'un qui semble tout avoir peut être dépressif». «On pense souvent que la dépression survient à l'occasion d'une difficulté de la vie, et parfois cela arrive, mais souvent la dépression arrive sans motif clairement identifié», souligne-t-il. Les milieux artistiques ne sont pas les seuls concernés, relève encore le Pr Reynaud, en citant les traders. «Des professions sont plus exposées que d'autres quand le mode de vie est déréglé, la pression forte et l'accès facile aux produits», résume-t-il.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.