Femina Logo

Depuis des décennies, on les accuse de boucher les artères et de favoriser le mauvais cholestérol. Faux!, affirment aujourd’hui des chercheurs des universités de Cambridge et de Harvard. Selon ces derniers, le lien entre consommation de graisses saturées et maladies cardio-vasculaires n’est pas prouvé, rapporte la revue «Annals of Internal Medicine» dans laquelle a été publiée l’étude.

Pour arriver à cette conclusion, les équipes britannique et américaine ont mené une méta-analyse en épluchant 72 études portant sur 600'000 personnes dans 18 pays. «Les preuves que nous avons [remettent en cause] les directives qui encouragent de consommer plus d'acides gras polyinsaturés (présents dans l'huile de colza, huile végétale) et moins d'acides gras saturés (huile de palme, charcuterie, fromage, pâtisseries...)», expliquent les scientifiques.

Si les graisses saturées à elles seules ne seraient pas dangereuses, elles le deviendraient lorsqu’elles sont combinées à d'autres facteurs de risque tels que tabac, sédentarité ou hypertension artérielle, précise l’étude. Cette dernière désigne également les acides gras trans (graisses hydrogénées), présents dans bon nombre de produits de l’industrie agro-alimentaire, comme responsables du risque cardiovasculaire.

La semaine dernière, d'autres travaux, menés également à l’Université de Cambridge et publiés dans le «British Medical Journal», avaient démontré que l’exposition constante à des restaurants fast-food augmenterait la consommation de junk food de 29%. Pis: les personnes habitant dans une zone riche en restaurants rapides – certains sondés peuvent en croiser jusqu’à 32 entre leur domicile et leur lieu de travail! – ont deux fois plus de chances de devenir obèses. Or, la nourriture servie dans les fast-foods est souvent montrée du doigt pour sa richesse en graisses trans.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.