Femina Logo

santé

Les huiles essentielles dans notre vie quotidienne

Les huiles essentielles dans notre vie quotidienne
© istockphoto.com

Grasses, épaisses, riches en calories… Pas facile d’imaginer les huiles comme des alliées de notre santé et de notre beauté. Pourtant, c’est ce qu’elles sont! Les lipides jouent un rôle clé dans la régulation hormonale, du système nerveux, du flux sanguin et des taux de cholestérol, ils sont une source d’énergie bien plus durable que le glucose, ont une fonction anti-inflammatoire et apportent une sensation de satiété rapide et durable, à l’inverse des sucres.

C’est quoi, le «gras»?

Il en existe de trois sortes: saturé, mono-insaturé et polyinsaturé (également appelés acides gras «essentiels» car ils ne peuvent pas être synthétisés par notre organisme et doivent être apportés par l’alimentation quotidienne). Parmi les insaturés, reconnus pour leurs bienfaits entre autres sur le système cardiovasculaire, les mono-insaturés participent à la synthèse du bon cholestérol, ce sont les oméga-9; et les polyinsaturés (oméga-3 et 6) sont indispensables à la qualité de nos cellules et à leur intégrité. «Pendant longtemps, les acides gras saturés ont eu mauvaise réputation, avant que des travaux démontrent qu’ils sont en réalité tout aussi indispensables à notre santé», explique Mélanie Refine, naturopathe. «Désormais, on considère que les seuls qui soient à éviter absolument sont les acides gras (AG) dits «CIS» et «TRANS» que l’on trouve dans les produits transformés contenant des graisses végétales hydrogénées. Ces AG ont subi de telles modifications qu’ils sont susceptibles d’altérer la qualité de nos membranes cellulaires, de faire croître le taux de mauvais cholestérol et d’être cancérigènes.»

Comment bien la choisir?

Une bonne huile alimentaire est de première pression à froid et bio car les pesticides ont une affinité particulière pour les corps gras. Fragile, elle se conserve à l’abri de la lumière et de la chaleur. Sa cuisson ne doit jamais atteindre le point où l’huile se met à fumer, signe de son altération chimique qui la rend impropre à la consommation. L’idéal est d’alterner 4 ou 5 huiles dans son alimentation hebdomadaire pour arriver à un équilibre entre acides gras saturés, mono-insaturés et polyinsaturés. Notre sélection d’huiles à avoir chez soi.

Huile de coco

Récentes études à l’appui, il n’y en a plus que pour elle! Elle réduit l’obésité abdominale, stimule le métabolisme en apportant beaucoup d’énergie tout en augmentant la sensation de satiété, aiderait à lutter contre le cancer et la maladie d’Alzheimer. Tout cela, surtout grâce aux MCT qui composent cette huile essentiellement riche en acides gras saturés. Les MCT (triglycérides à chaîne courte et moyenne) sont une ressource d’énergie accessible pour l’organisme. Par ailleurs, si le cancer se nourrit de glucose, il ne sait pas assimiler les MCT; la progression de la maladie serait donc ralentie grâce à un régime très pauvre en sucre et riche en ces acides gras.

Dans la cuisine: En beurre, huile ou lait, le coco se prête à tous les usages, à condition d’apprécier son goût prononcé. Il supporte bien les très hautes températures (plus de 250 degrés pour l’huile raffinée MCT). Vu ses effets laxatifs, mieux vaut commencer avec de petites quantités.

Dans la salle de bains: Idéale en masque pour les cheveux secs.

Huile d’avocat

Dans la cuisine: Riche en protéines, et composée à 80% d’acides gras mono-insaturés, elle a l’avantage de pouvoir être cuite à très haute température. Elle favorise aussi le transit intestinal.

Dans la salle de bains: Nourrissante sans être épaisse, elle est recommandée en soin régulier pour les peaux vieillissantes et asséchées sur les zones sensibles comme le contour de l’œil et le cou. Mélangée à quelques gouttes d’huile essentielle de lavande aspic ou officinale, elle nourrit les mains et les pieds très secs.

Huile d’olive

Dans la cuisine: Consommée crue ou cuite à température douce, l’huile d’olive est excellente pour le cœur, augmente le taux de «bon» cholestérol et diminue celui du mauvais cholestérol (LDL), des triglycérides et du glucose. Elle diminue l’hypertension et active les fonctions digestives. Incontournable, il ne faut pourtant pas en abuser! 3 cuillerées à soupe par jour suffisent, à alterner avec de l’huile de colza et de noix, aux propriétés presque identiques.

Dans la salle de bains: Après exfoliation de la peau, l’application d’une goutte d’huile d’olive (mélangée, ou pas, à votre crème hydratante) est un bon remède antisécheresse. Ou avant le shampooing, pour plus de brillance et de souplesse des cheveux.

Huile de sésame

Dans la cuisine: Très riche en oméga-6 et 9 mais pauvre en oméga-3, elle est complémentaire des huiles de colza, d’olive et de lin. Elle convient à froid et pour des cuissons douces.

Dans la salle de bains: En cas de cuir chevelu irrité, elle se met en masque toute la nuit. Le lendemain, commencer par appliquer le shampooing avant de mouiller à l’eau, sans quoi les cheveux restent gras! Idéale en massage sur le ventre contre les vergetures chez les femmes enceintes.

Huile d’argan

Dans la cuisine: Très riche en oméga-9, elle peut être utilisée en alternance avec l’olive et le colza. Il est essentiel de vérifier son mode de fabrication et sa pression à froid, car elle est souvent produite après cuisson des noix d’argan, ce qui leur fait perdre leurs propriétés.

Dans la salle de bains: En masque le soir pour les cheveux et les peaux sèches. Elle est aussi un puissant cicatrisant, notamment contre les traces d’acné.

Huile de lin

Dans la cuisine: C’est la plus riche en oméga-3. Parce qu’elle aide à réguler le système hormonal, elle est conseillée en cas de syndrome prémenstruel, de cycles irréguliers, ou à la ménopause. Elle est un excellent stimulant du système immunitaire. Le hic: très fragile, elle se dégrade très rapidement et perd alors ses qualités nutritives, voire devient toxique.

Dans la salle de bains: Sur la peau, elle apaise les brûlures et favorise la cicatrisation.

Trois autres façons de mettre des oméga 3 dans son assiette

1. Le pourpier: Cette plante rampante et grasse est exceptionnellement riche en oméga-3, ainsi qu’en vitamine E et en minéraux. Sa saveur douce et sa texture épaisse permettent d’en faire une salade originale, à mélanger avec d’autres feuilles, de mâche par exemple (également riche en oméga-3). Il se prête aussi très bien au jus vert, mélangé avec du citron.

2. Les graines de chia et de psyllium: Très riches en fibres et en oméga-3 et 6, elles se consomment dans un yogourt ou un jus après trempage afin de bénéficier de leurs propriétés pour le transit (grâce aux mucilages libérés par l’hydratation des graines); ou fraîchement moulues et saupoudrés sur des plats ou des salades.

3. Les noix: Une poignée de ces oléagineux devrait faire partie de notre régime quotidien. Très riches en antioxydants, elles sont une excellente source d’oméga-3. Attention à privilégier les noix en coque, car les noix déjà écalées auront perdu leurs qualités nutritionnelles.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.