Femina Logo

santé

Les internautes compulsifs, des dépressifs qui s'ignorent?

Notre façon de surfer reflète-t-elle notre état d'esprit?
© DR

Cette étude a été menée en 2011 auprès de 216 étudiants volontaires de l'Université de Science et Technologie du Missouri. “Nous avons fait deux découvertes de taille. Nous avons d'abord identifié plusieurs habitudes liées à l'utilisation d'internet établissant une corrélation avec la dépression,” expliquent Sriram Chellappan et Raghavendra Kotikalapudi les deux auteurs de l'étude, cités dans un article du New York Times. “Nous avons aussi découvert que certains schémas d'utilisation d'internet étaient particulièrement répandus chez les participants montrant des symptômes dépressifs"

Les chercheurs concluent que cette étude pourrait permettre de développer des logiciels qui surveilleraient les habitudes d'utilisation d'internet sur les téléphones portables et sur les réseaux des campus. Ces logiciels permettraient d'alerter les parents et autres psychologues scolaires lorsqu'un étudiant parcourt internet de manière compulsive, premier signe d'une possible dépression. Cette étude sera publiée dans la prochaine édition de la revue IEEE Technology and Society Magazine.

En 2010, deux études de grande ampleur avaient déjà établi un parallèle entre l'utilisation d'internet et la dépression. La première, réalisée auprès de 1.319 participants avait relevé que “les personnes qui se considèrent dépendantes d'internet enregistrent un taux élevé de symptômes dépressifs." La deuxième avait analysé les habitudes sur la toile de 1.041 adolescents chinois pendant neuf mois. Avant de conclure que: “lorsque des jeunes ne souffrant pas de troubles psychologiques au départ utilisent internet de façon pathologique, ils peuvent développer des symptômes dépressifs.”

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.