Femina Logo

«Les substances et les médicaments actuellement utilisés pour aider les personnes à réduire leur consommation de cigarettes et à arrêter de fumer ne sont pas efficaces, ont des effets négatifs et ne sont pas faciles à gérer», a noté le Dr. Sharon Rabinovitz Shenkar, chargé de l'étude. Et d'ajouter: «Les résultats de cette étude ont montré que les oméga-3, des compléments alimentaires faciles d'accès, abordables et sans effets secondaires, réduisaient de manière significative la consommation de tabac».

La communauté scientifiques souligne régulièrement que la cigarette neutralise les acides gras essentiels présents dans le cerveau, plus particulièrement les oméga-3. Selon ces dernières recherches, cette carence peut entraîner des troubles cellulaires cérébraux, interrompant la neurotransmission dans des zones du cerveau associées au plaisir et à la satisfaction.

«Des études précédentes avaient montré qu'un déséquilibre en oméga-3 était aussi lié à certaines troubles mentaux, comme la dépression et l'incapacité à faire face à la pression et au stress, a précisé le Dr. Shenkar. La pression et le stress sont en retour associés au besoin de fumer. Il est aussi bien connu que le niveau de stress et de tension augmente chez les personnes en sevrage tabagique. Malgré cela, les liens entre tous ces facteurs n'avait pas été étudié jusqu'à ce jour.»

Le Dr. Rabinovitz Shenkar a fait appel à 48 participants âgés de 18 à 45 ans, qui fumaient au moins 10 cigarettes par jour, et en moyenne 14 cigarettes quotidiennes. Ils avaient tous commencés à fumer avant leurs 18 ans, soit en moyenne depuis 11 ans. On les a scindés en deux groupes: le premier a dû prendre des comprimés d'acides gras EPA de 2,710 mg par jour et d'autres de 2,040 mg de DHA, soit cinq capsules d'oméga-3 au quotidien, et le second groupe recevait un placebo.

Même si, à aucun moment les scientifiques n'avaient demandé aux sujets de réduire leur consommation de tabac, après 30 jours, les personnes qui avaient pris les compléments fumaient deux cigarettes de mois par jour, soit 11%. Autre fait intéressant, un mois après la fin de la prise du traitement, leurs envies de nicotine ne revenaient pas à leur niveau précédant le début de l'expérience.

Cette étude a été relayée par le Journal of Psychopharmacology.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina