Femina Logo

santé

Mucoviscidose: nouveaux défis, nouveaux espoirs

"Nous sommes partagés entre inquiétude et espoir, mais c'est l'espoir qui domine", veut positiver le président de l'association Vaincre la mucoviscidose, à l'occasion de la présentation des 27e Virades de l'espoir, dimanche.

La mucoviscidose est, parmi les maladies rares, une des maladies génétiques héréditaires les plus fréquentes. Près de 200 bébés naissent chaque année en France avec la mucoviscidose. 6000 personnes vivent avec la maladie, dont plus de la moitié ont plus de 18 ans. Paradoxalement, la progression de l'espérance de vie, grâce au diagnostic précoce et à l'amélioration des traitements des symptômes, est aussi synonyme de nouveaux sujets de préoccupation.

"L'éventail des manifestations liées à la maladie s'élargit avec l'âge", explique le Pr Gabriel Bellon, président de la Fédération des Centres de ressources et de compétences de la mucoviscidose (CRCM). Dès l'enfance, ce sont des troubles digestifs et des atteintes pulmonaires. A partir de 10-15 ans peuvent survenir des atteintes du foie (2e cause de décès après les manifestations pulmonaires) et du pancréas (diabète).

"Un grand nombre d'adultes passent deux à trois heures par jour pour se soigner", souligne le Pr Bellon. En période de surinfection, une menace constante, les soins peuvent prendre jusqu'à 6 heures par jour.

Optimisation de la transplantation pulmonaire

Traitements et suivi médical impliquent un quotidien pénible et astreignant, entre prise de médicaments, aérosols, kinésithérapie respiratoire, antibiothérapie, avec d'importantes répercussions sur la vie sociale. Ils pèsent aussi sur les structures de soins. Les 49 CRCM, créés en 2002, "ne peuvent plus répondre au besoin de consultations", dit le médecin, déplorant "un recul de la qualité des soins", faute de moyens humains.

Vaincre la mucoviscidose dénonce "un retour en arrière". Mais l'association a aussi quelques raisons de se réjouir, du côté de la recherche. "L'espoir est réel", estime M. Lafond. Des traitements visant à corriger ou stimuler la protéine défectueuse (CFTR) chez les patients atteints de mucoviscidose sont en cours de développement. Un essai clinique de phase 3 (VX 770 de l'américain Vertex) a montré des résultats favorables.

Vertex devrait déposer un dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché pour ce médicament avant la fin de l'année, selon l'association. Petit bémol: ce médicament concerne peu de malades car il cible une mutation à l'origine de seulement 1 à 4% des cas de mucoviscidose. Mais d'autres correcteurs sont à l'étude. Plus de 1800 mutations peuvent être à l'orgine de la maladie.

Autre motif d'espoir: des avancées dans l'optimisation de la transplantation pulmonaire pour les malades à bout de souffle, confrontés "à une pénurie majeure de greffons", souligne le Dr Edouard Sage (hôpital Foch, Suresnes). Aujourd'hui, seuls 15% des poumons (un organe très fragile) des donneurs prélevés sont utilisés. Une technique de "reconditionnement" des greffons jugés "limites", déjà utilisée en Suède et aux Etats-Unis, est en cours d'évaluation (partenariat hôpital Foch - hôpital Marie Lannelongue). Quatre patients ont déjà été greffés avec des poumons ainsi réhabilités, "avec des résultats satisfaisants", indique le Dr Sage.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E13: Se libérer des tensions physiques dues au stress

Une mâchoire serrée, le ventre retourné, un nœud derrière l'omoplate... les périodes chargées sont souvent celles des petits maux agaçants. Afin de comprendre et de mieux gérer ces tensions physiques, nous accueillons Sarah Bezençon, psychologue de la santé. De sa voix apaisante, elle nous rappelle que ces petites douleurs du quotidien sont en réalité des messages que tente de nous faire parvenir notre corps, et qu'elles peuvent être chassées grâce à des techniques toutes simples.

Dans vos écouteurs

E12: Prendre soin de son couple quand on a des enfants

Dans ce 12e épisode destiné aux parents et aux futurs parents, la thérapeute de couple Anne-Dominique Spertini nous donne des clés et des conseils, destinés à concilier le rôle de «maman» ou de «papa» avec le rôle de conjoint. Rassurante et sincère, elle évoque l'importance de la communication (verbale et physique), la sexualité, la culpabilité, la fatigue et le manque de temps libre. Pour se rappeler qu'on ne peut faire davantage que de son mieux (et que la perfection n'existe pas!).

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.