Femina Logo

santé

Obésité infantile: interdire les boissons sucrées à l'école serait peu efficace

Des chercheurs de l'Université de l'Illinois à Chicago ont analysé les habitudes de consommation de collégiens de 40 écoles américaines, et on découvert que peu importent les règles internes du collège, les jeunes continuent de boire la même quantité de soda, au moins une boisson sucrée par semaine.

Pour mener à bien cette étude, les différentes règles en matière de vente de boissons ont été passées au crible par les chercheurs. Ils ont analysé les comportements au sein d'établissements qui interdisaient uniquement les boissons gazeuses, ceux qui proscrivaient toutes les boissons sucrées, mais aussi ceux où la vente de boissons sucrées était libre.

Même si les interdictions réduisent l'accès à ces boissons au sein de l'établissement, les chercheurs notent que les enfants n'ont pas de mal à trouver leurs breuvages préférés en dehors de l'école.

Les résultats de cette étude montrent donc que les écoles et les autorités publiques doivent développer des stratégies anti-obésité plus complètes, allant au-delà de la simple interdiction. Dans ce but, d'autres pays commencent à augmenter les taxes sur les boissons à sucres ajoutés et la malbouffe, c'est le cas en France, en Hongrie et au Danemark.

De son côté, le croisé britannique anti-malbouffe Jamie Oliver a récemment déclaré la guerre aux boissons lactées aromatisées au chocolat et à la fraise, en vente dans les écoles de Los Angeles. Oliver s'est battu au sein d'une campagne qu'il a eu du mal à imposer au pays des stars américaines. Mais malgré les réticences des écoles et les commentaires de certains parents, ces boissons ont été interdites cet été. Cette campagne a même été télévisée par ABC dans Jamie Oliver’s Food Revolution.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.