Femina Logo

santé

OMS: la tuberculose recule pour la première fois dans le monde

Selon le rapport annuel de l'OMS sur la tuberculose, 8,8 millions de personnes ont contracté le bacille l'an dernier, contre 9,4 millions l'année précédente. Les décès sont aussi tombés à 1,4 million, leur plus bas niveau depuis dix ans, après avoir atteint un sommet à 1,8 million en 2003. Mais la lutte contre la maladie nécessiterait un milliard de dollars supplémentaires en 2012, selon le rapport. Les efforts de lutte contre la tuberculose multirésistante sont particulièrement sous-financés.

En 2010, 46 000 personnes dans le monde ont été traitées pour des cas de tuberculose multirésistante, soit 16% seulement du total de la population atteinte. Ces patients sont victimes d'une bactérie qui ne répond pas au traitement habituel de six mois et doivent être soignés pendant deux ans à l'aide de médicaments moins puissants et plus chers.

Au cours de la décennie écoulée, les progrès les plus notables ont été réalisés au Kenya et en Tanzanie, où les cas de tuberculose ont reculé après s'être envolés parallèlement à l'épidémie de sida. Des avancées majeures ont été accomplies au Brésil et en Chine, où le nombre de morts est passé d'environ 200 000 à 50 000 par an en l'espace de 20 ans. Dans le même temps, la prévalence de la maladie est passée dans ce pays de 215 à 108 cas pour 100 000 habitants.

"La tuberculose tue moins et moins de gens contractent la maladie. C'est un progrès majeur. Mais il ne faut pas relâcher les efforts", a commenté le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. "Des millions de gens continuent à contracter la maladie chaque année et trop de gens en meurent. Je plaide pour des efforts sérieux et soutenus en faveur de la prévention et des soins contre la tuberculose, surtout en direction des plus pauvres et des plus vulnérables de la planète", a ajouté M. Ban.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.