Femina Logo

Irritations des yeux ou de la gorge, maux de tête, allergies, troubles respiratoires… Ce sont quelques-uns des maux que peut provoquer la pollution intérieure. En cause? Les acariens, les moisissures, le pollen, le monoxyde de carbone et les hydrocarbures venus de l’extérieur, mais également les particules fines et substances chimiques émises à l’intérieur. Le meilleur remède est l’aération. «Nos habitations modernes sont si bien isolées qu’elles peuvent devenir de véritables pièges à pollution», explique Roger Waeber, du service «polluants de l’habitat» à l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Théoriquement, il faudrait aérer les pièces cinq minutes toutes les deux heures!» A défaut, quelques minutes matin et soir, ainsi que pendant et après les repas, est indispensable. Et il est crucial de vérifier régulièrement le bon état des systèmes de ventilation. Autre antidote: les plantes. Lierre, aloe vera, ficus, chlorophytum sont de formidables dépolluants naturels. Enfin, apprenons à traquer les sources de polluants parmi nos équipements. En voici quelques-uns.

1. Les peintures

Elles contiennent presque toutes des composés organiques volatils (COV). Ces derniers sont dégagés durant le séchage et le durcissement des peintures.

Que faire? Vérifier les étiquettes et opter pour les peintures les moins chargées en substances chimiques. Les acryliques, par exemple, sont moins riches en COV que les peintures glycéro. Durant les travaux de rénovation, les pièces doivent rester aérées, et il faudrait attendre plusieurs semaines avant de s’y installer, surtout les enfants et les femmes enceintes.

2. La décoration et le mobilier

La moquette est un inégalable nid à poussières, à acariens, mais également à émanations chimiques! Elle est donc à éviter, surtout avec des enfants en bas âge qui, jouant au sol, sont très exposés et risquent de développer de l’asthme ou des allergies. Mais parce qu’ils contiennent des composés organiques volatils et des perturbateurs endocriniens, les revêtements synthétiques et le PVC ne sont pas beaucoup plus souhaitables…

Que faire? Préférer les matières naturelles: «Tout ce qui est en métal, verre, minéral ne produit presque pas d’émissions chimiques», explique Roger Waeber. Le bois est aussi plus sain, à choisir brut autant que possible; les meubles faits de panneaux de bois reconstitués nécessitent beaucoup de colle et solvants toxiques. Et les sols naturels (parquet, bambou…) doivent être dépoussiérés au moins deux fois par semaine. Pensons aussi à laver les textiles neufs avant utilisation afin de réduire le risque d’irritations dues aux teintures.

3. Les parfums: des bougies aux encens

«Tous les produits nécessitant un processus de combustion sont très polluants», assure Roger Waeber, de l’OFSP. Le plus connu d’entre eux, bien sûr, est le tabac. Mais les bougies, brûle-parfums et les bâtons d’encens sont aussi très nocifs. Comme l’explique le spécialiste, «leur parfum n’est qu’une infime partie de ce qu’ils propagent dans l’air; s’y ajoutent quantité de particules fines et de résidus de combustion». Les parfums qu’ils diffusent sont le plus souvent d’origine chimique, ce qui ajoute à leur nocivité. Cependant, même ceux qui sont garantis «d’origine naturelle» sont à éviter, leur nocivité tenant surtout au processus de combustion.

Que faire? Si l’on tient à faire brûler, de temps en temps, un bâton d’encens, il est essentiel de ne pas rester dans la pièce durant la combustion et d’aérer une heure avant d’y retourner.

4. L’électroménager et les imprimantes

Chauffe-eau, gazinières, cheminées sont des sources potentielles de pollution voire d’intoxication ou d’asphyxie, du fait du monoxyde de carbone qu’ils peuvent produire. Quant aux imprimantes et photocopieurs, ils produisent des composés organiques volatils et semi-volatils et des particules fines durant leur fonctionnement, du fait de la chaleur et de la ventilation émises.

Que faire? «Favoriser des produits avec écolabel», conseille Roger Waeber. Un bon entretien de tous ses appareils de chauffage est évidemment nécessaire. Pour ce qui est des imprimantes, l’expert recommande de les installer dans un bureau séparé des chambres et du salon.

5. Les produits d’entretien

La majorité des produits d’entretien émettent des composés organiques volatils ainsi que du formaldéhyde, composé chimique très irritant. Et ce même lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

Que faire? Les conserver dans un placard fermé. Ensuite, privilégier des produits aux labels écologiques. C’est mieux, mais cela ne suffit pas: utilisés sous forme liquide ou via un pulvérisateur à pompe manuelle, une même substance active est bien moins nocive que via un spray avec gaz propulseur. Roger Waeber ajoute que «les détergents ne sont pas indispensables. Il suffit d’un peu d’eau sur un tissu en microfibre pour capturer les particules volantes.» A condition de le passer deux fois par semaine au moins dans toute la maison. Sinon, optons pour les produits naturels: vinaigre blanc, savon noir, bicarbonate de soude sont efficaces pour tout nettoyer, sans polluer.

3 exercices pour se dépolluer

1. Debout, les mains posées sur les genoux légèrement pliés, videz complètement vos poumons sur l’expiration puis rentrez le ventre sans avaler d’air. Restez ainsi, le nombril rentré, durant 5 secondes, puis relâchez dans une grande inspiration. Pratiqué 5 fois de suite tous les matins à jeun, cet exercice offre un massage profond des foie et intestins où s’accumulent les toxines.

2. Allongée sur le dos, placez la main gauche sur le ventre, la main droite sur la poitrine. En respirant, sur l’inspiration efforcez-vous de faire d’abord monter la main gauche, puis la main droite, enfin le torse. Sur l’expiration, inversement, faites d’abord descendre le torse, puis la main droite et enfin la main gauche. Répéter dix fois, chaque matin. Cet exercice favorise une respiration très profonde, nécessaire pour libérer les toxines.

3. Allongée sur le ventre, le front posé sur les mains, concentrez-vous sur le haut du ventre, juste au-dessus du nombril en inspirant profondément. Sentez votre ventre vous soulever. Tenez une seconde. Puis, expirez, toujours en vous focalisant sur les sensations dans le haut du ventre. Répétez dix fois chaque soir. Un excellent moyen de relâcher les tensions accumulées.

Illustrations: Sylvie Pinsonneaux/Comillus

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.