Femina Logo

Un amour de voiture

Alistair, 27 ans

«C’était dans une Mini Cooper, l’ancien modèle, pas le nouveau. Pourtant, je peux vous dire qu’il y avait de la place! J’avais 16 ans, elle en avait 20… On était dans une disco, on a dansé ensemble et, quand on est partis vers sa voiture, on s’est embras(s)és. Du coup, on a relevé les sièges avant et youpla boum! Elle pensait que j’étais déjà expérimenté. Je n’ai rien fait pour lui faire croire le contraire. Je ne lui ai avoué que plusieurs années plus tard qu’en fait c’était ma première fois. On est restés ensemble pendant huit ans, quand même.»

Trois petits cochons

Emmanuel, 28 ans

«C’était un plan à trois. J’avais 15 ans et demi et je sortais plus ou moins avec un garçon de 22 ans. Je le trouvais hypervieux! On se voyait depuis quelques jours et un soir on a eu envie de se lancer. On a continué la soirée chez un autre de nos potes où j’ai rencontré un autre garçon. Quand j’ai commencé à fricoter avec le premier et que j’ai vu qu’il avait un micropénis, ça m’a vraiment déçu. Je suis donc allé réveiller l’autre pour qu’il se joigne à nous. Lui et moi, on était mieux connectés et l’autre, vexé, s’est barré car il en avait marre de nous regarder.»

Voie sans issue

Maxime, 49 ans

«J’avais 15 ans. Mes parents étaient à la campagne. J’ai été chercher ma belle sur ma 125 Yamaha et nous nous sommes tapé 8 kilomètres sous la pluie pour rejoindre l’appartement. On a bu quelques verres, puis nous sommes passés dans ma chambre. J’ai mis un 33 tours sur le tourne-disque et on s’est déshabillés. Là, je lui ai sorti le grand jeu, du genre je reproduis ce que j’ai vu dans les revues pornos. Bon, ça avait l’air de lui plaire. Mais… impossible de trouver l’entrée! Du coup, on a fait trois heures de préliminaires avant de nous endormir, épuisés.»

Mon légionnaire

Aline, 32 ans

«A 20 ans, je suis partie en vacances en Egypte avec une amie. C’est là que j’ai rencontré Bryan Carter, un soldat américain. Le coup de foudre! C’était magnifique. La veille de mon retour, il a réservé une chambre dans mon hôtel. Quand on s’est retrouvés sur son lit, je lui ai dit que c’était ma première fois. Il a fait les choses tout doucement. On n’a pas osé s’avouer qu’on ne se reverrait plus. On s’est envoyé des e-mails pendant deux mois, puis plus de nouvelles. Mais j’en garde un bon souvenir. Et je peux dire que j’ai couché avec un GI!»

Quand le chat n’est pas là…

Natalia, 39 ans

«C’était l’été, j’avais 15 ans et demi et je m’étais fait plaquer. J’ai rappelé un garçon que j’avais croisé peu de temps auparavant. Au téléphone, un jour, il m’a dit: «Jeudi matin, il n’y a personne chez moi.» Je ne sais pas pourquoi, on s’est dit qu’on allait essayer le sexe, par curiosité. On a testé toutes sortes de positions. Le Kama Sutra tel qu’on l’imagine à 15 ans! Pour lui aussi, c’était la première fois. On s’est revus une fois, mais j’ai réalisé qu’il regardait la descente de ski à la télé pendant qu’on faisait l’amour. Il ne m’a plus revue.»

Mélodie en sous-sol

Elena, 41 ans

«Il jouait du piano dans un groupe. Ah, le sex-appeal de l’artiste…Je l’avais rencontré à une fête d’anniversaire, puis j’ai repris contact avec lui. Je passais régulièrement le voir chez lui. Il habitait un studio dans le sous-sol de la villa de ses parents. Un soir, on était assis sur son lit et il m’a montré une prise de karaté. Et puis, de fil en aiguille… Malgré mes 21 ans, j’étais totalement inexpérimentée. Alors, ne sachant comment réagir, j’ai laissé faire. Je me suis demandé pourquoi on en faisait tout un fromage: tout ça pour ça? Quelle déception!»

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.