Femina Logo

santé

Survie plus longue avec un pontage coronarien qu'avec une angioplastie

Shutterstock 13 e51fb081618 w250
© DR

Les résultats de cette analyse observationnelle qui a porté sur 190 000 patients à travers les Etats-Unis ont été présentés au dernier jour de la 61e conférence annuelle de l'American College of Cardiology réunie depuis le 24 mars 20132 à Chicago (Illinois, nord). L'étude révèle que les malades ayant subi une angioplastie percutanée avaient un taux de mortalité plus élevé durant les quatre premières années suivant la procédure que ceux qui ont choisi le pontage coronarien avec 20,8% contre 16,41% respectivement.

Le pontage, qui requiert une intervention chirurgicale lourde, consiste à contourner une artère coronaire rétrécie ou obstruée par une accumulation de plaques de graisse en implantant un autre vaisseau, prélevé souvent dans les jambes, en aval de cette dernière. Pour une angioplastie, qui ne nécessite pas de chirurgie, les médecins insèrent de petits ballonnets gonflables à l'intérieur de l'artère malade par une petite incision au niveau de l'aisne. Cette procédure est souvent complétée par la mise en place d'un ressort métallique ou endoprothèse vasculaire, "stent" en anglais, à l'endroit du rétrécissement de l'artère pour la maintenir ouverte.

"Notre étude est la plus étendue jamais effectuée car elle s'appuie sur des données venant de partout aux Etats-Unis", a expliqué le Dr William Weintraub, patron du service de cardiologie dans le système de soin Christiana (Delaware, nord-est), le responsable de cette étude publiée simultanément mardi dans la version en ligne du New England Journal of Medicine. "En combinant les statistiques provenant de plusieurs grandes banques de données nous avons constaté que la survie était meilleure avec un pontage coronarien qu'avec l'angioplastie percutanée coronarienne", a-t-il précisé rappelant que les maladies coronariennes sont la première cause de mortalité aux Etats-Unis. "Quand nous recommandons aux patients cette option" du pontage, "même s'il s'agit d'une intervention plus lourde, nous pouvons le faire maintenant avec un peu plus de confiance", a expliqué le Dr Weintraub.

Les chercheurs ont analysé les données portant sur 86.000 Américains ayant subi un pontage coronarien et 103 000 qui ont eu une angioplastie et ce de 2004 à 2008. Le Dr Weintraub a expliqué que la principale limitation des études observationnelles réside dans le fait que tous les sujets des groupes étudiés n'ont pas forcément le même niveau de risque. Cette étude a été financée par l'Institut national américain du coeur, des poumons et du sang, partie de l'Institut national de santé (NIH).

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.