Femina Logo

1. L’e-clope produit-elle le même effet qu’une cigarette traditionnelle?

Oui, car si l’e-cigarette contient de la nicotine (ce qui n’est pas toujours le cas), l’acte de fumer est le même. Contrairement aux patchs ou aux chewing-gums à la nicotine, l’inhalation permet d’atteindre les zones du cerveau qui stimulent le système de récompense en moins de 10 secondes, comme la cigarette traditionnelle.

2. La cigarette électronique est-elle cancérigène?

On l’ignore encore. Selon la revue française 60 Millions de consommateurs, l’e-cigarette contient «des molécules cancérogènes en quantité significative». Toutefois, cette enquête publiée fin août a été vivement critiquée. Le niveau de fumée cancérigène resterait très faible en comparaison à celle contenue dans le tabac. Il manque néanmoins un certain recul pour prendre en compte les effets à long terme de l’usage de cigarettes électroniques.

3. Quelle addiction privilégiée économiquement parlant?

La cigarette électronique. Le kit de base comprenant l’e-clope et tous ses indispensables accessoires (chargeur, batterie, cartouche, etc.) coûte en moyenne 70 fr. Les e-liquides, quant à eux, sont vendus la plupart du temps au format 10 ml (environ 120 cigarettes) et coûtent environ 8 fr. le flacon. Sur le site du Nouvel Observateur, Baptiste explique être ainsi parvenu à diviser par 6 son budget «cigarettes»: un mois d’e-clope lui revient à 35 euros, alors qu’il en dépensait 200 lorsqu’il consommait de véritables cigarettes.

4. Combien de personnes ont déjà succombé à cette nouvelle tendance?

En France, ils seraient un million de consommateurs. Aucune étude statistique n’existe pour l’heure concernant la Suisse. Proportionnellement parlant, il y aurait 120'000 addicts dans notre pays.

5. L’e-clope est-elle fashion?

Oui, assurément. La preuve: Kate Moss avait oublié sa e-cigarette durant ses vacances à Ibiza. Elle a ainsi ordonné à son chauffeur de Londres de lui ramener son précieux illico presto! Si Kate est accro, l'e-clope deviendra très vite le it-accessoire à arborer absolument. D’ailleurs, la Fashion Week de New York semble avoir compris le message: des échantillons gratuits étaient distribués à la sortie des défilés.

6. Où peut-on s’approvisionner?

Contrairement à nos voisins, les e-clopes commercialisées en Suisse ne contiennent pas de nicotine, car le droit fédéral l’interdit. Le législateur a opté pour cette solution afin de ne pas inciter les fumeurs motivés à arrêter à migrer vers une consommation «sans risques». Conséquence: de nombreux consommateurs suisses avides de nicotine se tournent vers Internet ou les commerces frontaliers pour acheter leurs recharges liquides.

7. Dans quels endroits est-il permis de «vapoter»?

A priori partout. L’e-cigarette bénéficie pour l’heure d’un certain flou juridique. Les compagnies aériennes l’ont banni de leurs avions mais, pour l’instant, elle reste tolérée dans les lieux publics. Il serait toutefois malvenu de s’adonner au «vaping», comme disent les anglo-saxons, sur son lieu de travail, dans certains restaurants et autres lieux fréquentés par des enfants.

8. Comment faire pour avoir du style en vapotant?

En l’assortissant à son vernis, pardi! «Au même titre qu’un sac à main ou qu’un bijou, l’e-cigarette évolue dans un périmètre si proche des mains qu’elle mérite de s’y accorder à la perfection», note Elle. A quand la customisation à base de stickers ou de couleurs qui changent selon l’humeur?

9. Est-ce une étape conseillée pour arrêter de fumer?

Oui, selon une étude néo-zélandaise publiée dans The Lancet cet été. «La cigarette électronique est comparable au patch à la nicotine pour aider les fumeurs à arrêter sur une période d’au moins 6 mois», explique Chris Bullen de l’Université d’Auckland. 7,3% des fumeurs ayant testé l’e-cigarette durant 13 semaines ont réussi à cesser totalement de fumer du tabac. 57% de ceux qui l’ont testé ont divisé par deux ou plus leur consommation de tabac.

iStock
1 / 1© DR

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.