Femina Logo

C'est un mythe abondamment repris par les contes de fée et les histoires de loups-garous, qui a même reçu l'aval de 80% des infirmières et 64% des médecins interrogés par des chercheurs de l'Université de Laval. En effet, une majorité de ces professionnels de santé sont convaincus que le cycle lunaire a des effets sur la santé mentale des patients.

Il y aurait davantage d'accouchements les nuits de pleinelune, plus de suicides, d'homicides, de comportements étranges, d'admissions en hôpitaux psychiatriques et d'appels d'urgence. Mais dans leur étude parue dans la revue General Hospital Psychiatry, des chercheurs sont arrivés à la conclusion qu'il n'y avait pas de lien entre les cycles de la lune et les troubles psychologiques. Ils ont pour cela passé en revue 771 personnes ayant fait un séjour aux urgences entre 2005 et 2008, au motif de douleurs abdominales inexplicables. Une part importante de ces patients souffrait de crises d'angoisse, de troubles de l'humeur et de pensées suicidaires.

Après avoir épluché le calendrier lunaire, les chercheurs ne trouvèrent pas de lien entre ces incidents psychologiques et les phases de l'astre, avec une seule exception: les épisodes d'angoisse étaient moins fréquents (à 32%) pendant le dernier quartier du cycle de la lune. Ces résultats sont importants, selon les chercheurs, et devraient aider les professionnels de santé à abandonner certaines idées préconçues, a noté Geneviève Belleville, la chercheuse en charge de l'étude.

Et de conclure: "Sinon, cette mauvaise perception pourrait, d'un côté, affecter leur jugement pendant la phase de pleine lune. Ou d'un autre côté, les rendre moins attentifs aux problèmes psychologiques qui se manifestent le reste du mois", en une énième illustration de l'effet placebo.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.