Femina Logo

Ils ne dorment que 5 heures par nuit et se réveillent en pleine forme. Alors que nous, si on n’a pas nos 7 ou 8 heures de sommeil, on n’est bons à rien. Question d’habitude, prétendent-ils. Faux, vient de révéler une étude américaine. Selon ces travaux, publiés dans numéro d’août de la revue Sleep, si les petits dormeurs ont peu besoin de repos, c’est parce qu’ils sont porteurs d’un gène mutant.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’American Academy of Sleep Medicine (AASM) ont étudié le sommeil chez 100 jumeaux, dont 59 étaient identiques (monozygotes) et 41 dizygotes, aussi appelés «faux jumeaux». Tous en bonne santé lors du test. En analysant leurs nuits durant une semaine, les spécialistes ont constaté que les porteurs d’une mutation du gène BHLHE41 avaient moins besoin de dormir que les autres: 5 heures en moyenne par nuit, contre 7h30 pour l'autre groupe.

En outre, rapporte le Huffington Post, lorsqu’elles font une nuit blanche, les personnes porteuses de la mutation ont ensuite besoin, pour récupérer, de dormir un peu plus de 8 heures, contre 9h30 pour leur jumeau/jumelle non porteur du gène mutant.

«Cette étude souligne le fait que notre besoin de sommeil est un besoin biologique, pas une préférence personnelle», commente Timothy Morgenthaler, président de l’AASM. Mais, rappelle le spécialiste, «la plupart des adultes semblent avoir besoin d’au moins 7 heures de sommeil de sommeil de qualité chaque nuit pour une santé, une productivité et une vigilance dans la journée optimales.» Inutile donc d’essayer de moins dormir si l’on n’est pas porteur de la mutation: les conséquences ne pourraient qu’être néfastes à la santé, conclut le quotidien.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.