Femina Logo

santé

Vrai/faux: les bienfaits de l'exercice physique

Vrai/faux: le sport a ses conditions
© istockphoto.com

Le jogging est le meilleur sport pour la santé

Faux. C’est la marche active. Les dernières études en cardiologie montrent que marcher et courir sont deux activités équivalentes en termes d’amélioration de la condition de santé. Et la marche à l’avantage d’engendrer moins de chocs et de blessures. Enfin, toutes les activités d’endurance (vélo, course à pied, natation, ski de randonnée…) accélèrent le métabolisme et augmentent le rendement de nos cinq usines de traitement de déchets: foie, reins, poumons, peau, intestin.

Le stretching permet d’éviter les courbatures

Faux. C’est sans doute la croyance erronée la plus répandue dans les milieux sportifs. La courbature est causée par un effort intense ou un exercice inhabituel qui va provoquer des microlésions dans les muscles. Or, si on ajoute des étirements sur cette musculature déjà fragile, on risque d’aggraver les microdéchirures. En résumé, évitez de faire du stretching après un effort soutenu inhabituel. Cette technique de physiothérapie a fait ses preuves pour gagner en souplesse… à condition de l’entraîner à part.

Dès l’âge de 5 ans, un enfant devrait pratiquer une heure de sport par jour

Vrai. Selon les recommandations de l’OMS, une activité physique de 60 minutes par jour est nécessaire au développement harmonieux des 5 à 17 ans. Avec parcimonie, évidemment. Ainsi, un enfant de moins de 9 ans ne devrait pas courir sur une distance dépassant les trois kilomètres de manière continue.

Faire des abdos est le secret d’un ventre plat

Faux. Les séries d’abdominaux agissent sur les muscles superficiels (les grands droits) qui, à force d’efforts, pourraient prendre la forme de «tablettes de chocolat». Pourtant, le tour de taille, lui, ne réduira pas. Car la sangle abdominale est constituée de quatre muscles: le grand droit, le petit oblique, le grand oblique et le transverse. Ce dernier est le seul qui permet d’avoir un ventre plat. Situé sous les autres, il constitue la cage de l’abdomen et maintient les organes. Pour un résultat de ventre plat, il faut donc travailler intensément le gainage (la fameuse planche que l’on maintient le plus longtemps possible en appui sur les coudes et la pointe des pieds).

L’activité physique permet d’évacuer le stress

Vrai. Le sport est un excellent moyen pour évacuer le stress quotidien – dû à une augmentation du taux d’adrénaline et de cortisol dans le sang. Lors d’un effort physique, le cerveau sécrète des endorphines à effet béatifiant, apportant un bien-être instantané. Sans compter que lorsqu’on se concentre sur le cours de zumba, on oublie les «prises de tête» professionnelles.

Un seul entraînement hebdomadaire permet de se maintenir en forme

Faux. Pour des résultats efficaces et visibles, il faut solliciter son corps au minimum deux fois par semaine et, idéalement, de 30 à 45 minutes. L’HEPA (Health Enhancing Physical Activity ou Réseau suisse santé et activité physique) recommande même cinq sessions d’une demi-heure par semaine. Alors hop en tenue!

Quand on fait de l’exercice, la graisse se transforme en muscle

Faux. Vous croyez encore au Père Noël? Lorsque vous vous entraînez, votre corps produit du muscle et brûle de la graisse (dès 30 minutes d’exercice). Malheureusement, l’une ne se transforme pas en l’autre. En pratiquant des sports d’endurance on consomme de la graisse. En suivant des cours d’abdo-fessiers ou de renforcement musculaire, le corps fabrique du muscle.

Le cœur des personnes sédentaires est en danger

Vrai. L’employé de bureau qui rentre chez lui en voiture et s’assied devant la télé, même s’il skie ou part en randonnée 15 jours par an, est un sédentaire type. Son absence d’activité physique régulière affaiblit son muscle cardiaque, lequel perd sa force de contraction: il renvoie moins de sang dans le corps et fournit moins d’oxygène aux organes et aux muscles. Les artères se rigidifient, la pression sanguine augmente… Avec, à la clé, des risques accrus de maladies artério-sclérosantes, d’angines de poitrine, d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.

Le sport peut devenir addictif, au même titre que la drogue

Vrai. L’exercice entraîne une libération d’endorphines déclenchant une sensation de plénitude. A rechercher toujours davantage ce plaisir, certains sportifs, même amateurs, versent dans la compulsion. La bigorexie est d’ailleurs une maladie reconnue par l’OMS. Dépendant d’une pratique excessive du sport, le «junkie» ne peut plus s’en passer et, en cas de sevrage, se sent mal, voire sombre dans la dépression.

On traite les crampes avec du magnésium

Faux. Les crampes sont le résultat d’une déshydratation ou de fatigue, parfois de malformation musculaire. Mais jamais d’un manque de magnésium.

Courir est mauvais pour les articulations

Vrai. Plus on court et plus on a de risques de blessures, douleurs aux rotules, tendinites ou entorses. Même chose pour le foot, qui est, de tous les sports, celui où l’on compte le plus d’accidents. Toutefois, l’impact global du mouvement sur le corps est toujours préférable à l’inactivité! Ainsi, les joggeurs seraient moins nombreux à développer de l’arthrose que les sédentaires. L’important est d’écouter son corps et de ne pas trop forcer.

Il ne faut pas manger avant de faire du sport

Faux. S’entraîner plus d’une heure de manière intensive et avec le ventre vide est même dangereux car on risque l’hypoglycémie. En revanche, si on veille bien à la précision du timing et qu’on pratique moins d’une heure d’exercices soutenus, on peut s’activer à jeun. Le matin par exemple. L’avantage de l’horaire matinal? Comme, durant la nuit, le foie a puisé dans les hydrates de carbone, les réserves sont vides. Pour préserver ces précieux glucides qui sont le carburant noble de l’activité physique, le corps se voit donc forcé de piocher dans les graisses, les brûlant du même coup. Mais attention toutefois à ne pas dépasser la durée prescrite, sans quoi le malaise guette.

Toutes les infos sur le Women Sport Evasion, en partenariat avec Femina, se déroulera à Lausanne les 20 et 21 juin 2015.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E7: Comment briser la routine, quand on a envie de tout quitter

Le psychologue Serge Pochon est notre invité dans ce 7e épisode, pour nous aider à nous poser les bonnes questions. Il nous rappelle que le plus important n'est pas le nombre de kilomètres parcourus pour fuir une situation qui nous pèse, mais notre état d'esprit.

Dans vos écouteurs

E6: Arrêter de manger nos émotions pour vivre plus sereinement

Dans ce 6e épisode du podcast «Tout va bien», le micro-nutritionniste Jean Joyeux nous explique d'où viennent nos fringales et nous aide à comprendre pourquoi nous nous jetons parfois sur le Nutella, après une journée stressante. Pour retrouver une approche plus sereine de l'alimentation et la libérer de l'emprise de notre cerveau!

Vidéos

Notre Mission

Un esprit sain dans un corps sain! Ici, on booste sa forme physique et mentale grâce à des articles bien-être, santé et cuisine! Be happy!

Icon Newsletter

Newsletter

Recevez les dernières news de Femina, les conseils et bons plans de la Rédaction.