Femina Logo

Sensibilisation

A Genève, pas de quartiers pour le racisme!

A Genève, pas de quartiers pour le racisme!

A Minneapolis, un artiste termine une œuvre murale formant le portrait de George Floyd, décédé en mai 2020.

© Getty Images

Se battre contre la haine peut sembler secondaire, alors qu’on traverse une énième période de turbulences, que nombreux sont celles et ceux qui luttent contre la précarité ou la maladie. Pourtant, comme le rappelle Bertrand Cassegrain, chargé de projet Diversité au service Agenda 21 de la Ville de Genève, la question est plus que jamais d’actualité: «Le racisme n’a pas disparu avec le Covid, cette crise a réactivé certaines théories et propos racistes. Au tout début du coronavirus, on a ainsi vu réémerger des sentiments anti-asiatiques, par exemple. Toutes les théories complotistes, notamment antisémites, ont pris de l’ampleur et ont des liens toujours plus forts avec des groupuscules suprémacistes blancs.»

«Le racisme est aussi un des effets de cette crise. Il est capital de montrer que ce problème continue d’exister.»

Dans le sillage de Black Lives Matter

Pour sa Semaine contre le racisme, du 20 au 28 mars, la Ville de Genève prévoit ainsi de nombreux événements. Après avoir dû annuler sa manifestation au dernier moment l’année dernière, la commune a pris les devants et imaginé concert, spectacle de marionnettes, ateliers, podcast et conférences en mode digital. Parmi les moments phares, Bertrand Cassegrain cite notamment la table ronde consacrée à la question de la place occupée dans la mémoire commune par les personnalités qui ont participé à la diffusion d’idéologies racistes ou à l’entreprise coloniale.

«Ce débat a clairement pris une nouvelle ampleur avec la mobilisation internationale autour de Black Lives Matter, observe M. Cassegrain. La discussion aura lieu lundi 22 mars, nous allons aborder les pistes d’action par rapport à cette problématique, au-delà du déboulonnage des statues. Le mardi 23, on s’intéressera à Carl Vogt et à la manière dont les instituts genevois ont participé à élaborer des théories racistes, comment ces dernières ont pris place dans nos mémoires collectives et de quelle façon la question a-t-elle évolué ces dernières années.» De plus, à travers la conférence «Quels outils face au racisme?» prévue le 25 mars, les auditeurs trouveront des pistes d’action et des conseils pratiques pour faire face à la haine et aux préjugés, qu’on soit victime ou témoin.

La Semaine contre le racisme s’inscrit dans une politique globale. «Celle-ci ne va pas changer le monde à elle seule, souligne Bertrand Cassegrain. Toute une palette d’actions est mise en place pour promouvoir une ville non-discriminante. C’est important que l’on voit le mot «racisme» dans l’espace public, que l’on montre que ce problème continue d’exister et que l’on propose des outils pour lutter contre cela.»

Une semaine pour apprendre, se questionner et devenir un allié dans la lutte contre les discriminations. Aujourd’hui plus que jamais.

Plus d’informations et programme complet sur le site de la Ville de Genève.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E62: Comment apprendre la pleine conscience aux enfants

Dans vos écouteurs

E61: Ce que nos tocs et petits réflexes peuvent dire de nous

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina

Merci de votre inscription

Ups, l'inscription n'a pas fonctionné