Femina Logo

bien-être financier

Comment mieux gérer son argent pour s'épanouir pleinement?

Comment mieux gérer son argent pour s'épanouir pleinement?

«Pour s’organiser, il faut tenir compte de son talent naturel et de sa personnalité, indique Katell Bosser. Pour certaines personnes, un tableau Excel très structuré sera rassurant. Pour d’autres, un système plus simple, avec des enveloppes pour chaque poste de dépense par exemple, s’avérera plus efficace.»

© Kat Yukawa / Unsplash

«Je n’ai aucune idée de ce que gagnent mes collègues, même ceux dont je suis très proche, témoigne Victoria. Et il est très rare de parler de son loyer, de ses dépenses, du montant de ses impôts… J’ai l’impression que c’est quelque chose qui ne se fait pas, que ce serait mal vu d’être trop ouverte là-dessus.» La jeune employée de commerce de 26 ans n’est pas la seule dans ce cas. «La culture suisse n’aide pas à améliorer les choses, constate Odile Bonjour, assistante sociale indépendante. Avouer que l’on a des problèmes financiers ou discuter de son rapport à l’argent met tout le monde mal à l'aise. Pourtant, s’intéresser à cette thématique est essentiel.»

Car comme le souligne l’entrepreneuse Katell Bosser, «avoir de l’argent, c’est voter». Il est ainsi primordial de plonger dans ses finances, de mettre les choses au clair et d’arrêter de percevoir l’argent comme quelque chose de sale. «L’argent est un outil, il n’est ni bien, ni mal, ajoute Katia Finances, auteur de «Mon cahier objectif budget» (Ed. Eyrolles). C’est un moyen qui nous permet de réaliser de bonnes ou de mauvaises choses. J’aime le comparer à un marteau: l’outil peut servir à construire une maison ou, au contraire, à détruire et à faire mal.» Vivre dans l’inconscience et le déni n’est pas une option à long terme. «Selon mes observations, dans 90% des cas, le rapport à l’argent n’est pas paisible, constate Laurence Arpi. Il est essentiel de poser les blocages sur le tapis.»

«Parler d’argent, ça chatouille, ça dérange. Mais ça soulage énormément. Ce n’est pas être intéressé ou vénal: c’est ouvrir un chemin possible de croissance et de réalisations potentielles que l’on n’imagine pas.»

Avoir un rapport sain et simple avec l’argent, c’est très compliqué. «Quelle que soit sa situation, on culpabilise, poursuit l’auteur du livre «J’arrête de finir le mois à découvert» (Ed. Eyrolles). Les riches sont perçus comme des personnes qui exploitent les autres, les pauvres comme ceux qui coûtent de l’argent à la société.» Sans compter que condamner l’argent comme étant la source de tous nos problèmes a quelque chose de confortable et de facile: on évite ainsi les questions qui dérangent, qui remettent en doute nos valeurs. «L’argent, c’est une énergie que l’on met au service de sa vie, résume Laurence Arpi. A nous de lui donner du sens.»

Ne pas zapper l’étape budget

Pour parvenir à financer ses rêves, il est vivement recommandé d’établir un budget. «La première étape pour reprendre en main ses finances est de réaliser un épluchage complet de ses comptes sur les 6 derniers mois, conseille Océane Tartarin, adepte de minimalisme financier et créatrice du compte Instagram «Une vie légère». C’est un peu fastidieux, je vous l’accorde, mais cela permet d’avoir un meilleur aperçu d’où part notre argent, d’essayer de comprendre pourquoi l’on dépense tout et, surtout, de réajuster son budget.» Pour Odile Bonjour, on gagne en apaisement en effectuant cette démarche. «Il n'est pas forcément nécessaire de calculer au franc près, note la spécialiste. L’idée est de mettre les choses au clair pour pouvoir ensuite mieux s’en détacher. C’est comme lorsqu’on apprend à conduire: au début, on doit se concentrer pour embrayer, débrayer. Puis très vite, des automatismes se créent. On se sent bien plus serein lorsque l’on sait que l’on a les moyens de payer toutes ses factures.» Car comme avec un tiroir mal rangé, des comptes qui ne sont pas au clair fourmillent de mille petites choses qui, mises ensemble, pèsent lourd dans la balance.

Concrètement, plusieurs applications permettent de suivre au jour le jour ses dépenses (comme Toshl Finance, Bankin ou iSaveMoneyGo). Mais chacun devrait trouver le système qui lui conviendra le mieux. «Pour s’organiser, il faut tenir compte de son talent naturel et de sa personnalité, indique Katell Bosser, qui détaille sa méthode dans l’ouvrage «Blooming People: Manuel d’abondance à l’usage des jardiniers de la vie» (Ed. K etc, en vente chez Payot). Pour certaines personnes, un tableau Excel très structuré sera rassurant. Pour d’autres, un système plus simple, avec des enveloppes pour chaque poste de dépense par exemple, s’avérera plus efficace.» S’il est souvent vu comme contraignant, le budget est pourtant un allié de taille. «Plus que ça: le budget libère, martèle Katia. C’est un outil indispensable qui nous donne une vision sur le futur et nous permet d’atteindre nos objectifs. Ce n’est qu’en dressant un décompte que l’on parvient à éliminer les dépenses inutiles.»

Pour nos expertes, pas besoin d’être doué en maths pour réussir à tenir ses comptes. «L’argent, ce n’est pas des chiffres, mais des émotions, analyse Katia. On redoute souvent de plonger dans ses finances, car on a peur de manquer, on est angoissé, on redoute de découvrir une mauvaise surprise, on préfère ignorer son relevé bancaire plutôt que de le regarder en détail. Il est important d’apprendre à gérer toutes ces émotions, de comprendre pourquoi elles surgissent à ce moment précis.» Mais comment éviter de se connecter à son e-banking en ayant le ventre noué, la gorge serrée? «Je recommande de faire de ce moment un instant paisible et joyeux, note Laurence Arpi. On s’installe dans un coin bien rangé, on se prépare une tasse de thé, on choisit une musique qui nous rend heureux. Il faut alléger la question de l’argent pour ne pas tomber dans l’angoisse et la culpabilité. L’idéal, c’est d’en faire un jeu.»

«Même si l’on se retrouve dans une situation compliquée, avec des dettes par exemple, il est impératif de garder en tête que l’argent est une énergie qui circule. On peut certes être dans le rouge, mais en agissant sur son état d’esprit, ses émotions, la courbe peut s’inverser.»

Laurence Arpi

Spécialiste en gestion de finances personnelles

© Napendra Singh / Unsplash

Oser dire «je t’aime» à l’argent

Accepter d’être payé à sa juste valeur ne va pas toujours de soi. «Lorsque je me suis lancée en tant qu’indépendante, je n’osais pas afficher mes tarifs, se souvient Gaëlle. J’offrais des rabais, je ne comptais pas mes heures. C’est un burn-out et une profonde remise en question qui m’ont permis de comprendre d’où venait le problème: je n’accordais pas assez de valeur à mon travail.» A l’instar de la jeune graphiste, beaucoup se dévalorisent ainsi. «Derrière les problématiques d’argent se cache, sans exception, des questionnements sur la valeur que l’on se donne, commente Laurence Arpi. La plupart d’entre nous portent sur eux un regard qui amoindrit leur brillance, leur lumière.»

Pour la spécialiste, notre société dévalorise l’argent, mais également les êtres humains. Pourtant, prendre soin de son argent, c’est prendre soin de soi. «Les gens ne se rendent pas compte que lorsqu’ils rejettent l’argent, ils se rejettent eux-mêmes, leur propre valeur, leur droit à l’abondance.» Laurence Arpi conseille à chacun d’apprendre à dire «je t’aime» à l’argent. «Cela commence par prendre soin de ses billets de banque, sourit-elle. Personnellement, j’aime me donner la peine de bien les ranger, je les embrasse. Et je remercie l’argent d’être dans ma maison.» Car dire «merci» à ses sous, c’est avant tout s’aimer soi-même.

3 réflexes à avoir pour chouchouter son compte en banque

1. Tenter le minimalisme financier

«C’est avant tout un état d’esprit, note Océane Tartarin. Il consiste à remettre l’argent à sa place réelle, afin d’utiliser celui-ci pour les choses qui comptent vraiment. Pour ma part, je me suis lancée dans cette méthode en 2017, après une année moralement difficile. J’ai voulu alléger ma charge mentale, je me suis orientée vers un mode de vie minimaliste à la Marie Kondo. Aujourd’hui, le minimalisme financier me permet d’être beaucoup plus sereine quant à l’avenir, de ne pas céder aux publicités, au marketing, à la consommation à outrance dans lequel notre monde est malheureusement plongé. Et surtout, cela me permet de réaliser de nombreux projets qui me tiennent à cœur.»

2. S’informer, encore et encore

Vidéos YouTube, articles de blogs, comptes Instagram. Se documenter sur la gestion des finances permet de glaner de précieux conseils pour faire la paix avec ses comptes. «Trop de croyances négatives entourent l’argent, ce qui fait que l’on ne s’intéresse pas au sujet, pointe Katia. Si l’on ne se demande pas comment le système fonctionne, comment un crédit se met en place, il y a de fortes chances que ça finisse mal. Je suis toujours effarée de constater que l’on parle davantage de sexe avec ses proches que de l’état de ses finances!»

3. Faire participer toute la famille

En couple, l’argent est souvent un sujet tabou, comme dans notre société. Pourtant, il est impératif d’oser l’aborder, de mettre rapidement les choses au clair. «C’est compliqué, car chacun perçoit l’argent différemment, constate Katell Bosser. Certains aiment en avoir beaucoup, car cela les sécurise, d’autres le redoutent, car ils le perçoivent comme une menace. Mais prendre un moment pour se demander «C’est quoi l’argent, pour toi?» est toujours bénéfique. Cela libérera la parole.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina