Femina Logo

Go green!

Février sans supermarché: astuces et conseils pour réussir le défi

Février sans supermarché: astuces et conseils pour réussir le défi

Effectuer ses achats ainsi est-il plus cher? «Non, si on a déjà l’habitude d’acheter des produits de qualité, c’est même moins cher de favoriser les circuits courts, répond Virginie Borralho.

© Getty

Pour la troisième année consécutive, Virginie Borralho relèvera le défi «Février sans supermarché». «À la base, j’adore les challenges et j’ai immédiatement trouvé cette idée très sympa, confie la Biennoise. Grâce à ce défi, on a ancré certaines habitudes.» Son conseil: «lancez-vous, essayez, vous n’avez rien à y perdre». Pour autant, la créatrice du blog «Avec Panache» n’appelle pas à un boycott des supermarchés. «Il ne faut pas se mettre de pression, analyse-t-elle. Pour certains, mieux vaut commencer étape par étape. Décider de simplement acheter son pain à la boulangerie plutôt qu’en grande surface, c’est déjà super!»

Entraide et bonnes adresses

Cloé Dutoit, présidente de l’association «En Vert et contre tout», en est également à sa troisième édition. Sa règle d’or pour un défi réussi? Bien s’informer. «C’est pour cela que nous avons créé les groupes Facebook régionaux, ils permettent d’échanger de bonnes adresses, des astuces, de poser des questions.» La jeune Neuchâteloise, en formation d’avocate, a également plusieurs astuces pour celles et ceux qui manquent de temps: «il est préférable de s’organiser avant d’aller faire ses courses, de réfléchir à ce qu’il nous faut et de réaliser un petit parcours des commerçants chez lesquels on souhaite se rendre.»

«On peut également faire appel aux paniers de fruits et légumes livrés chez soi, un bon moyen lorsqu’on n’a pas son samedi pour s’approvisionner au marché.»

Au fil des ans, Virginie et sa famille ont créé des liens avec les commerçants, les maraîchers, les artisans. Ils ont également redécouvert leur ville. «En faisant le marché par exemple, on fait la connaissance de nombreux indépendants. On apprend à connaître et à soutenir des gens passionnés. Et avec les enfants, c’est nettement plus sympa de faire ses courses ainsi que de devoir les emmener dans un supermarché où tout est fait pour les attirer.»

Le problème du prix

Effectuer ses achats ainsi est-il plus cher? «Non, si on a déjà l’habitude d’acheter des produits de qualité, c’est même moins cher de favoriser les circuits courts, répond Virginie. Par contre, si l’on choisit les premiers prix en supermarché, ce sera effectivement un peu plus onéreux. Mais les épiceries en vrac peuvent alors se révéler une bonne alternative. Plusieurs études ont démontré que leurs prix étaient très compétitifs. De plus, si l’on a besoin de 200g d’un ingrédient, on peut choisir précisément cette quantité.»

«Février sans supermarché» est également un bon moyen de manger plus sainement et d’acheter ce dont on a réellement besoin, sans succomber aux offres promotionnelles. «La bonne astuce à prendre? Planifier un minimum ses repas, conseille Virginie. C’est une façon de diminuer le gaspillage alimentaire.»

«Je recommande également de faire un petit état des lieux de ses placards et de son congélateur, on y découvre souvent des mets qu'on avait oubliés.»

Se lancer dans cette expérience, c’est également un moyen de changer ses habitudes, d’opter pour une alimentation plus durable, plus saine, avec moins d’emballages et en phase avec la nature. «Et si on y parvient en février, un mois qui n’est pas forcément le plus attractif au niveau des fruits et légumes de saison, on y arrivera toute l’année, s’enthousiasme Cloé Dutoit. Choisir de dépenser ainsi son budget alimentation, cela évite de donner son argent à de grands actionnaires pour, au contraire, soutenir des personnes du coin, créer des liens. Cela a tellement de sens.»

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina