Femina Logo

Summer is coming!

L'édito de Sonia Arnal: coup d’œil sur vos vacances

Arnal Sonia Edito 19 2

En gros le budget que vous prévoyez d’ordinaire pour 15 jours en Croatie ou en Turquie avec votre famille de quatre-cinq personnes, ça va vous faire un week-end prolongé en Helvétie.

© Ludovic Andral

J’ai tout fait bien. La semaine passée, j’étais en vacances, et j’ai suivi à la lettre les recommandations de nos autorités et autres donneurs de conseils: je suis restée en Suisse, j’ai fait du vélo et j’ai carrément mis la bicyclette dans le train pour aller en Suisse alémanique pédaler. Les écolos peuvent être fiers de moi (et ça, c’est pas tous les jours…). Je peux donc vous résumer ce qui vous attend cet été, façon «j’ai testé pour vous».

Premier point, prévoyez de courtes vacances, parce que ça va vous coûter bonbon. Je sais que les salaires suisses ne sont pas les mêmes que dans la plupart des destinations touristiques estivales (et c’est tant mieux), qu’on ne peut pas comparer non plus la qualité des services, des infrastructures et toutes ces sortes de choses qu’on nous liste à chaque fois qu’on relève que les prix chez nous sont exorbitants, mais en gros le budget que vous prévoyez d’ordinaire pour 15 jours en Croatie ou en Turquie avec votre famille de quatre-cinq personnes, ça va vous faire un week-end prolongé en Helvétie. OK, j’ai dormi à l’hôtel et pas au camping, mais je n’ai plus trop l’âge de passer mes nuits sur des matelas gonflables crevés posés à même le sol sous des tentes qui laissent passer l’eau à la première averse. Et puis, s’il faut acheter tout le matériel du parfait campeur, pas sûr que ce soit tellement économique… mais j’ai cherché du pas trop cher – sans vraiment trouver. Et on ne peut pas dire que j’aie donné dans le loisir dispendieux, puisque je n’ai fait que pédaler.

Au final, ça m’a quand même coûté un bras.

Troquer un rein?

Second point, pensez à coupler ça avec un jeûne d’une semaine, parce que la nourriture non plus, ça n’est pas donné par ici. J’ai beau ne faire qu’un vrai repas par jour et avoir acheté des pique-niques chez les géants orange nationaux, cette coquetterie de vouloir un plat chaud par tranche de 24 heures m’a coûté l’autre bras.

Et encore, je fais partie des privilégiés: mes enfants sont trop vieux pour partir en vacances avec maman et j’ai conservé mon emploi durant la crise. Je pense aux indépendants, qui ont dû fermer, qui ont des enfants jeunes et je me dis que ce serait quand même sympa que l’industrie du tourisme songe à multiplier les forfaits, tels qu’on commence à les voir émerger, couplant nuits d’hôtels et activités de loisirs pour les familles. Mais de vraies offres, parce que la dernière que j’ai reçue par mail proposait 6 nuits pour 1020 francs par personne (fois quatre ou cinq donc) avec des activités incluses qui, en fait, sont déjà gratuites. Et comme je ne suis pas prête à troquer un rein contre des vacances, je vais être obligée de décliner.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sonia vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina