Femina Logo

#NousToutes

Toutes unies contre les violences faites aux femmes

23 novembre 2019 manifestation contre violences faites aux femmes

Le lundi 25 novembre, de nouveaux cortèges auront lieu, à Genève (17 h) et à Fribourg (19 h). La preuve qu'il s'agit d'une bataille dont il faut parler tous les jours, pas pas seulement une fois par an.

© Getty

«Patriarcat t'es foutu, les femmes sont dans la rue!». Ainsi tonnaient les voix féminines gonflées de colère, ce samedi 23 novembre 2019. Moins de 48 h avant la Journée Mondiale d'élimination des violences faites aux femmes, elles étaient plus de 2000 à parcourir les rues lausannoises, au départ de la Place de la Riponne, armées de pancartes et d'un mégaphone.

Leur but à toutes? Protester contre les féminicides, les violences sexuelles ou sexistes que subissent bien trop de femmes, dans le monde entier. Rien qu'en Suisse, on compte un décès toutes les deux semaines, suite à des violences conjugales. Des chiffres effarants auxquels on ne croit qu'avec peine et horreur.

En tête de la manifestation, le collectif vaudois pour la Grève des femmes clamait haut et fort:

«Ensemble contre les violences, brisons les silences!»

Parmi les revendications du collectif, rappelées à plusieurs reprises durant le cortège de samedi, on trouve l'introduction du terme féminicide dans la législation, ainsi qu'une modification du code pénal, afin qu'un acte sexuel non consenti puisse être puni.

Jusqu'au lundi 25 novembre 2019, Journée officielle contre les violences faites aux femmes, d'autres initiatives de lutte et de sensibilisation ont été organisées en Suisse romande. Bienne et Neuchâtel ont également défilé dans les rues, tandis que des rubans blancs ont été distribués aux Jurassiens. Le Valais a mis en place trois veillées, notamment à Sion et à Monthey, le dimanche 24 novembre.

Le lundi 25 novembre, de nouveaux cortèges auront lieu, à Genève (17 h) et à Fribourg (19 h). La preuve qu'il s'agit d'une bataille dont il faut parler tous les jours, pas pas seulement une fois par an.

Nous toutes, en Europe

De nombreuses autres villes, dont Rome, Paris et Bruxelles ont vu défiler des cortèges semblables, parsemés de traces violettes et d'éclats de voix excédées.

Dans la capitale française, 49 000 personnes se sont réunies, sur l'initiative du collectif #NousToutes. D'après les organisatrices de la manifestation, il s'agit de la plus grande marche de l'histoire de France contre les violences faites aux femmes.

À Bruxelles, le cortège a rassemblé près de 10 000 personnes, le dimanche 24 novembre 2019. Sa requête? La mise en oeuvre de la Convention d'Istanbul, texte rédigé par le Conseil de l'Europe pour la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes, ainsi que la violence domestique. Les associations ayant organisé la marche de ce dimanche déplorent en effet que ce texte n'ait pas donné lieu à des résultats suffisamment concrets en Belgique.

D'après le blog féministe Stop Féminicide, 21 femmes ont déjà été tuées en 2019 sur le sol belge, pour aucune autre raison si ce n'est «parce qu'elles sont femmes». Afin de rendre hommage à ces victimes, de nombreuses paires de chaussures rouges ont été déposées à même le sol, le long du parcours que suivait le cortège de manifestantes.

À Rome, des dizaines de milliers de personnes ont également défilé dans le centre historique de la ville, après l'appel de l'association «Non Una di Meno» (Pas une de moins). D'après l'Institut de la statistique italien, 538 000 femmes ont subi des violences physiques ou sexuelles depuis l'année 2014 dans le pays.

Des chiffes qui, une fois de plus, font terriblement froid dans le dos.

La bataille continue, les voix s'élèvent de plus en plus fort, dans tous les recoins du continent. La Journée mondiale contre les violences faites aux femmes s'achève, mais l'écho de ce cri de colère subsiste, puissant, comme un rappel que la lutte doit absolument continuer.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Ellen vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E19: Vos questions sur la charge mentale

Ah, la charge mentale! Afin d'aborder ce vaste sujet épineux et délicat, nous vous avions proposé de nous envoyer toutes vos questions à ce propos. À l'aide d'une psychologue, nous vous apportons des éléments de réponse, dans cet épisode destiné à alléger la pression. Pour se rappeler que même si la lessive n'est pas faite et que nos cheveux sont hirsutes, tout-va-très-bien-se-passer!

Dans vos écouteurs

E18: Comment apprivoiser le silence

Vous aussi, vous avez du mal à supporter le silence? Dans notre société rapide et bruyante, on ne réalise pas toujours à quel point nous sommes entourés de bruit, d'un tumulte incessant qui, au fond, nous rassure. Dans cet épisode étonnant, une psychologue nous parle des nombreuses vertus du silence et nous offre quelques pistes pour le réintroduire dans nos vies. Car même s'il peut faire peur, il ne nous veut que du bien!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina