Femina Logo

open space

Collègues toxiques: et si on leur offrait un café?

Collègues toxiques: et si on leur offrait un café?

Avec leur mauvaise humeur quotidienne et leur redoutable manque de foi, les cyniques plongent chaque jour l’ensemble du bureau «dans un nuage noir aussi désagréable que dommageable».

© Getty

On a tous été un jour ou l’autre confronté à ce collègue au cours de son parcours professionnel. Peut-être même qu’on a endossé ce rôle, qu’il empêche encore parfois d’avancer. Ces «petits trous noirs des open spaces», comme les définit le site «Korii», ont une arme redoutable: leur cynisme. On les décrit comme étant des collaborateurs très engagés dans leur travail mais d’une «manière destructrice».

Le projet sur lequel tout le monde bosse? Ils n’y croient pas une seconde. L’arrivée d’un nouveau membre dans l’équipe? Ils regardent ce dernier d'un œil suspicieux et ne font confiance à personne. Avec leur mauvaise humeur quotidienne et leur redoutable manque de foi, ils plongent chaque jour l’ensemble du bureau «dans un nuage noir aussi désagréable que dommageable», résume le média français.

Souffrance dissimulée

Olga Stavrova, Daniel Ehlebracht et Kathleen Vohs ont mené six enquêtes différentes pour tenter de percer à jour les secrets de ces «terroristes cyniques». Les scientifiques ont également cherché différents moyens de mettre à mal ce comportement perfide. «Cynisme et manque de respect s’alimentent», expliquent les experts dans leur étude parue dans «Journal of Experimental Psychology». De là, il ne reste plus qu’un pas à faire pour enclencher un «cercle vicieux»: «Le manque de respect fait naître le cynisme et le cynisme suscite le manque de respect des autres, renforçant ainsi la vision du monde qui a provoqué ces réactions négatives en premier lieu.»

Ces comportements, qui poussent sans cesse le collègue en question dans la négativité et l’éloignement, peuvent toutefois être enrayés. Et l’évitement n’est pas une stratégie valable. Au contraire, il faudrait aller à l’encontre de cette réaction instinctive et chercher plutôt à entrer en contact avec les collègues qui broient des idées noires, comme le résume «Korii»:

«Offrir une marque nette de respect et de confiance à un salarié qui, par son attitude, semble ne pas la mériter, constituerait une solution contre-intuitive mais néanmoins efficace pour briser la spirale infernale.»

Valoriser cet être au sourire absent pour lui permettre de retrouver un peu de sérénité et de joie de vivre au travail? La mission semble à la portée de chacun. Reste à savoir qui fera le premier pas devant la machine à café.

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina