Femina Logo

La question

Pour diverses raisons, je préfère ne pas faire l’amour le premier soir. En revanche, j’ai moins de réserve à pratiquer des fellations, ce qui est fort apprécié de mes partenaires. On m’a récemment mise en garde en ce qui concerne le risque de maladies… Qu’en pensez-vous? [Anna, 22 ans]

La réponse

Pourquoi faire une fellation si vite au début d’une relation? L’image véhiculée par cet acte est peut-être, pour vous, plus acceptable sur le plan émotionnel: une pratique en quelque sorte détachée du partenaire, sans risque de tomber enceinte, ni même de dévoiler tout votre corps ou votre propre désir. Ainsi, elle requiert sans doute moins de lâcher prise et d’intimité, tout en vous permettant de vous sentir désirable et compétente. Malheureusement, le potentiel de transmission du VIH (mais aussi d’autres infections sexuellement transmissibles, comme la syphilis, les gonorrhées, l’hépatite B, l’herpès) existe en effet.

Soyons clairs: le risque est moins important que dans la pénétration vaginale ou anale, mais il est présent, et ce même avant l’éjaculation – par exemple s’il y a contact avec le liquide pré-orgasmique, ou avec les quelques gouttes de sperme pouvant être sécrétées avant l’orgasme.

Se brosser les dents? Les infections ou maladies buccales augmentent le risque de contamination, donc oui, une bonne hygiène buccale est préférable. En revanche, se laver les dents ou faire un bain de bouche avant ou après une fellation peut réduire la protection naturelle offerte par les substances présentes dans la bouche.

Imposer le préservatif? C’est encore le moyen le plus sûr (mais pas à 100%). Faites preuve de créativité lors de votre «shopping sexy», et armez-vous de curiosité en explorant les préservatifs ou lubrifiants parfumés pour une fellation langoureuse.

Garder sa langue dans sa poche et la bouche fermée? Pas forcément donc, mais user de discernement, faire des choix consciemment, avec les bons partenaires qui, espérons-le, sauront apprécier le respect que vous portez à votre santé et à celle de tous vos amants.

Notre experte

Cette semaine, envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologue-psychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Sylvaine vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina