Femina Logo

La question

Je suis séropositif à la suite d’une aventure extraconjugale et ma conjointe est au courant. Elle ne parvient pas à laisser cet épisode derrière nous, et je ne sais plus quoi faire car j’ai envie que nous retrouvions une sexualité à deux. Elle dit que je banalise cette maladie, mais je prends le traitement chaque jour, ce qui signifie que je ne la contaminerai pas. [William, 54 ans]

La réponse

Grâce aux traitements anti-VIH efficaces et en étant bien suivi par un médecin, il est effectivement aujourd’hui envisageable d’avoir des rapports non protégés au sein d’un couple stable et consentant. Il n’empêche que le seuil de tolérance psychique au risque est très personnel. Le VIH n’a pour beaucoup de monde pas la même connotation que d’autres maladies, et représente probablement un spectre terrifiant pour votre conjointe. Dans les faits, bien des personnes et des couples vivent une sexualité épanouie dans le cadre d’un VIH pris en charge. Mais pour en arriver là, la discussion, la compréhension et la reconnaissance mutuelle sont évidemment de mise. Une personne séropositive qui a des rapports non protégés est d’ailleurs théoriquement passible de poursuites judiciaires.

Posez-vous la question: quel sens a eu cette relation extraconjugale pour vous deux? Pour votre épouse, la séropositivité, même bien traitée, est un rappel de ce qui a sans doute été une crise ou une perte de confiance. Et j’imagine qu’il a dû être compliqué de gérer simultanément cette crise et le traumatisme de l’annonce de votre diagnostic. Son monde s’est en quelque sorte écroulé, et il faut de solides ressources et un travail d’équipe pour le reconstruire en tant que couple.

Quant à vous: est-ce possible que vous évitiez le sujet car les émotions qui y sont liées (honte, culpabilité, ressentiment…) sont difficiles à partager avec votre conjointe, d’autant plus si elle vous en veut toujours? Par conséquent, elle ne se sent peut-être pas encore reconnue ou comprise, et le risque est grand de tourner en rond: la sexualité peut vous rapprocher, mais seulement si vous vous sentez chacun au moins accueilli et accepté par l’autre.

Dans tous les cas, chaque situation étant unique, il s’agit impérativement de consulter et laisser le médecin contrôler le risque de transmission ainsi que les effets de la maladie et du traitement médicamenteux.

Notre experte

Envoyez vos questions à Laurence Dispaux, psychologue-psychothérapeute FSP, conseillère conjugale FRTSCC, sexologue clinicienne ASPSC: laurence.dispaux@femina.ch


A lire aussi:
«Teen Spirit», la web-émission sexo à l'intention des jeunes
Que savez-vous vraiment du sida?
Abus sexuels: comment surmonter le passé?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Podcasts

Dans vos écouteurs

E24: Oser dire "non" sans culpabiliser

Si vous êtes du genre à accepter toutes les sorties, à prêter main forte dès que vous en avez l'occasion et à éviter l'articulation d'un simple «non», cet épisode est fait pour vous. Une psychologue nous explique comment établir des limites (au travail ou en privé), clarifier nos propres besoins et créer le parfait équilibre entre le «oui» généreux et le «non» libérateur. Car ce petit mot délicat peut parfois s'avérer essentiel. 

Dans vos écouteurs

E23: Comprendre notre microbiote intestinal pour mieux le soigner

S'il vous arrive de vous poser des questions sur votre digestion, cet épisode est fait pour vous. Le Professeur Gilbert Greub, Directeur de l'Institut de Microbiologie du CHUV, nous explique le fonctionnement du microbiote intestinal, corrige certaines de nos idées reçues et nous rassure sur de nombreux points. On en parle enfin, pour se sentir mieux (et éclairé) ensuite!

Vidéos

Notre Mission

Un concentré de coups de cœur, d'actualités féminines et d'idées inspirantes pour accompagner et informer les Romandes au quotidien.

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina