Femina Logo

Là-haut sur la montagne

Edelweiss, orpin rose, plantain, les plantes des Alpes dopent la cosmétique

Une étoile blanche et duveteuse à l’air un peu revêche: l’edelweiss cache bien son jeu. Sous une apparente fragilité, son extraordinaire pouvoir antioxydant en a fait la star des cosmétiques anti-âge jouant sur la suissitude. Avec légitimité. Mais d’autres plantes plus étonnantes font leur apparition au rayon beauté, comme le génépi, le plantain ou la mauve. Alors que tout le monde veut consommer local et bio, les marques qui misent sur la pharmacopée alpine ont tout bon.

Isabelle Gabioud cultive une cinquantaine de plantes aromatiques et médicinales sur les hauts de Sarreyer, dans le val de Bagnes. Elle en garde une partie pour ses propres préparations sous le label Les Simples, et fournit de nombreux clients, comme la jolie marque Pharmalp, installée à Conthey. «Toutes les plantes qui poussent en haute altitude sont très concentrées en principes actifs. Elles subissent des températures élevées le jour, froides la nuit, une exposition au rayonnement solaire, ce qui explique leur richesse en antioxydants.» Autrement dit: en protégeant nos cellules de l’oxydation, elles ralentissent le vieillissement.

Les plantes adaptogènes

Jadis menacé de disparition et classé parmi les espèces protégées, l’edelweiss est aujourd’hui une plante à la culture florissante. «Elle se plaît beaucoup chez nous, le climat est idéal, elle se développe bien et offre un bon rendement, ce n’est de loin pas la plante la plus chère aujourd’hui sur le marché», explique Isabelle Gabioud.

D’autres cultures sont plus délicates, comme la Rhodiola rosea, ou orpin rose, une plante adaptogène très en vogue. «Il faut cinq ans avant de pouvoir récolter cette plante dont on utilise la racine – elle ne va donc pas repousser, détaille encore l’agricultrice valaisanne. Mais effectivement, la demande est en augmentation, alors on la cultive malgré les contraintes.» Les plantes adaptogènes augmentent la capacité du corps humain à s’adapter aux situations de stress, physique et psychique. Si l’orpin rose est un remontant classique de l’humeur utilisé contre les états anxieux ou la fatigue nerveuse, on le trouve depuis peu dans les soins pour la peau, comme dans L’Or des Alpes de la marque Alpeor (voir notre sélection).

Interview: Aurélie Garcia, l’une des pharmaciennes à l’origine de la marque Dermafora

FEMINA Pourquoi une marque de dermo-cosmétique suisse? Il en existe déjà beaucoup dans ce créneau…
Aurélie Garcia
Vous avez raison, il y a déjà beaucoup de marques. Le point de départ a été les pharmaciens. Ils voient tous les jours au comptoir des personnes qui présentent des intolérances à leur routine cosmétique ou qui recherchent des formules plus simples, mieux tolérées par la peau et plus respectueuses de l’environnement.

Qu’est-ce que celle-ci a de plus?
L’expertise des pharmaciens, qui ont un savoir-faire à mettre en avant, en phytothérapie mais aussi dans les molécules les plus efficaces à disposition. La marque Dermafora est née de ce mélange de connaissances entre la pharmacopée suisse et les derniers principes actifs issus de la recherche en dermo-cosmétique. L’ancrage local est ainsi très fort, les bureaux sont à Villars-sur-Glâne, la production à Châtel-St-Denis, les plantes produites et/ou extraites pour la plupart en Valais.

Quels ont été les premiers besoins que vous avez identifiés?
Je dirais d’abord les peaux déshydratées et les peaux sensibles. Nous avons développé 5 gammes qui ciblent des problématiques mais qui s’adressent à tout le monde. Il y a une trentaine de produits pour l’instant, à combiner selon les besoins: sensibilité, hydratation, anti-âge, imperfections, éclat. D’autres produits vont suivre. Grâce à ce rapport privilégié avec les pharmaciens, nous sommes à l’écoute des clients qui nous demandent déjà d’autres produits, pour le corps notamment.

Pourquoi ne pas avoir choisi la filière bio?
Nous avons pris des extraits bios lorsque c’était possible, et aussi issus du commerce équitable. C’était important pour nous et ce n’est de loin pas toujours le cas. Nos formules sont transparentes et clean. La naturalité de nos produits est élevée, même si on ne le met pas beaucoup en avant, car la législation est très stricte et va l’être encore plus. Nous avons pour la majorité des produits autour de 89 à 95% d’ingrédients d’origine naturelle, jusqu’à 98% pour l’eau micellaire.

Comment se démarquer sur un marché saturé, y compris dans la dermo-cosmétique?
L’une de nos spécificités est l’eau, puisée dans la région et déminéralisée, d’une pureté équivalente à celle utilisée pour les médicaments topiques. C’est la démarche contraire des gammes à l’eau thermale qui mettent en avant les minéraux et oligoéléments de leurs sources. Nous fonctionnons avec des circuits courts, comme une consommation responsable le préconise. Et dernier point important, nous voulions proposer une gamme de prix abordables pour un label Swiss made.

1 / 11

Cérat des Alpes, soin ultra nourrissant, Alpaderm, 36 fr. les 50 ml.

© DR
2 / 11

Savon des Alpes 100% naturel, edelweiss, pin sylvestre, romarin, lavande, Pharmalp, 12 fr. 90 les 250 ml.

© DR
3 / 11

Sérum anti-âge lissant et hydratant Eternalp 2040m, L’Alpage, 59 fr. 95 les 30 ml.

© DR
4 / 11

L’eau de fleur précieuse Edelweiss, Jardin des Monts, 38 fr. les 150 ml.

© DR
5 / 11

Crème matifiante légère SPF 20, Dermafora, 21 fr. 90 les 50 ml.

© DR
6 / 11

Lait démaquillant Pureté d’abricot, Valeve, 29 fr. 80 les 200 ml.

© DR
7 / 11

L’Or des Alpes, Sérum Capital Jeunesse, Alpeor, 180 fr. les 30 ml.

© DR
8 / 11

Huile des cimes, Le miracle du miel, Exertier, 52 fr. les 30 ml. chez Happy Officine

© DR
9 / 11

Cure Majestueuse Visage, Elixir des Glaciers, 320 fr. les 12,5 ml.

© DR
10 / 11

Elixir des Cimes, edelweiss, visage, cheveux, barbe, ongles, Alpes et Lac, 19 fr. les 15 ml.

© DR
11 / 11

Crème anti-âge Edelweiss, Arise Swiss Alpine Cosmetics, 89 fr. les 50 ml.

© DR

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous à la newsletter.

Valérie vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E28: Comment digérer les bouleversements actuels

Dans un format réinventé pour respecter les mesures de sécurité, on vous parle des façons d'accepter et de s'adapter à la nouvelle réalité que nous impose le Coronavirus. Comme un petit «pep talk» motivant, nous vous relayons les conseils rassurants d'un expert, pour rester indulgents envers soi-même, en cette période bien particulière. 

Dans vos écouteurs

E27: Comment alcaliniser notre organisme pour booster notre forme

Certains aliments peuvent-ils vraiment rendre notre corps plus acide, et détériorer ainsi notre santé? Faut-il donc manger davantage d'aliments qui, au contraire, basifient notre organisme? Dans cet épisode dédié à l'alimentation, un micro-nutritionniste démêle le vrai du faux en ce qui concerne le régime alcalin et offre plusieurs pistes pour une alimentation optimale. (Spoiler: non, cela ne signifie pas qu'il va falloir bannir le chocolat!)

Avec le soutien du Groupe Mutuel

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina