Femina Logo

silhouette immaculée

Total look blanc: l'histoire d'un style qui nous séduit chaque été

Cette saison encore, les défilés ont promené des silhouettes blanches sur les podiums. Ainsi chez Akris, t-shirt, veste et pantalon de la même teinte se portent ensemble. Même les accessoires – sac, escarpins et gants – sont en blanc. Cette allure élégante s’est répétée dans les maisons adeptes du minimalisme, telles Jil Sander et Helmut Lang. En macramé chez Marine Serre ou ornées de plumes chez Burberry, les robes opalescentes adoptent un style romantique. Parce qu’il confère une sensation de pureté et de fraîcheur, le vêtement blanc est devenu un classique de la belle saison. Plus qu’une tendance, la non-couleur ne cesse d’inspirer les designers. Retour sur une teinte qui s’est imposée depuis plus de 200 ans, sans ternir.

© Alamy

En Europe, le blanc fait son entrée dans la mode au XIXe siècle. Après la Révolution française, la bourgeoisie triomphe. La société prône le renoncement aux signes extérieurs de richesse, au profit de l’expression des ses valeurs. Le monde des arts abandonne le style tapageur du courant rococo et s’inspire de la Grèce antique, considérée comme une démocratie accomplie. Napoléon instaure ensuite le style Empire, qui revendique un retour au naturel. «De nos jours, les femmes sont presque uniquement vêtues de blanc et les hommes en noir», écrit ainsi Goethe en 1800, dans son Traité des couleurs. Si le noir s’impose aux vêtements de cérémonie, les femmes abandonnent leurs corsets pour endosser des robes nivéennes aux coupes fluides, resserrées sous la poitrine et dont la transparence des tissus dévoile les formes. Au fil des décennies, le blanc devient signe de distinction: il faut avoir du personnel de maison pour porter cette couleur salissante. La tendance inspire le reste du monde et donnera naissance à la robe de mariée actuelle.

De l’autre côté de la Manche, la reine Victoria épouse le prince Albert en 1840. Pour symboliser sa pureté, la souveraine porte une robe blanche en satin de soie et un voile garni de fleurs d’oranger. Clin d’œil aux tenues de mariage de la Rome antique ou non, cette silhouette aura une influence déterminante sur les traditions du mariage. En parallèle, l’Eglise va inciter les jeunes femmes à afficher leur virginité en portant une robe de mariée immaculée.

© Imaxtree

De la bourgeoisie à la jet-set

Au cinéma, le blanc habille les gangsters et ceux qui les côtoient, comme Michelle Pfeiffer dans Scarface (1983) qui, vêtue d’un tailleur crème, adopte une posture froide et inaccessible. Plus sensuelle, Marilyn Monroe fait tourner les têtes dans Sept ans de réflexion (1955) où une scène mythique dévoile ses jambes, lorsque sa robe ivoire est soulevée sur une bouche d’aération du métro. En 1967, Ursula Andress jouera une des James Bond les plus sexy en sortant de l’eau en bikini blanc.

Symbole de richesse, il s’invite aux soirées VIP. Dans les années 1980, le producteur de musique Eddie Barclay popularise le total look blanc en organisant de fastueuses Nuits Blanches, à Saint-Tropez. Dans les années 90, les boys band raffolent des ensembles blancs, qui leur confèrent une allure de mauvais garçons angéliques. Les stars du rap, comme Jay-Z et Kanye West, reprennent ces codes, mais en version sportswear: porté avec de gros bijoux, le look blanc devient preuve de réussite sociale.

Et chez les hommes?

Plus mode que le gourou Raël, Kanye West (a.k.a Yeezus) maîtrise le look sport chic sans trop basculer dans le bling-bling. Une sobriété qui lui vaut quelques moqueries. En 2013, avec la marque A.P.C., il vend un t-shirt blanc… 120 dollars. «On espère que ce coton égyptien a été élevé au caviar à ce prix-là», pouvait-on lire sur Twitter. Un article pourtant très vite sold-out.

© Getty Images

Et aujourd'hui?

Indémodable, le blanc optique continue de faire ses preuves, des podiums à nos enseignes. Cette saison ouvre la voie sur un blanc ivoire ou carrément poussiéreux, comme si la pièce avait déjà été lavée et porté plusieurs fois. Les looks proposés par Alexander Wang, Elie Tahari mais aussi Akris, nous inspirent à composer un camaïeu exagérément subtil sur notre look.

1 / 4

Robe cache-cœur Banana Republic, 140 fr.

2 / 4

Sandales à corde Mango, 119 fr.

3 / 4

Sac à main Pieces, 46 fr.

4 / 4

Ceinture à œillets La Redoute Collections, 31 fr. 95

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Sokhna vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

Episode spécial: Interview d'été avec Juliane et Ellen

Dans vos écouteurs

E37: Mieux comprendre et gérer l'hypochondrie

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina