Femina Logo

Passion fruits des bois

Le conte de fées de la «robe fraise» que l’on voit absolument partout

Le conte de fées de la «robe fraise» que l’on voit absolument partout

«Personnellement, je ne saurais pas où la porter, a confié Lirika Matoshi à Vogue. Je n’ai pas enfilé de robe depuis le début de la pandémie!»

© Instagram @lirika.matoshi

Chaque saison, un vêtement attire l’attention de toute la sphère fashion. Alors qu’en 2019, une robe blanche à pois noirs signée Zara déchaînait toutes les passions, cette année est marquée par un déferlement remarqué de petits fruits rouges. La star de 2020 se nomme «The Strawberry Dress» («la robe fraises») et est signée Lirika Matoshi. Coupée aux mollets, la tenue tout en tulle rebrodée de fraises en sequins et ceinturée à la taille n’en finit pas de captiver la Toile. La preuve: les recherches la concernant ont grimpé de 738% sur Google début août. Sur Instagram comme sur TikTok ou même Animal Crossing, on ne voit qu’elle.

Merci, Tess Holliday!

La styliste kosovare établie à New York a imaginé ce vêtement en 2019. Le mannequin Tess Holliday l’a porté lors de la cérémonie des Grammys, en janvier 2020. Si la tenue avait alors fait parler d’elle (Tess l’avait décrite comme «le bébé né de l’union entre un fraisier et Lana Del Rey»), le soufflé était vite retombé, Coronavirus oblige. Mais la «robe nappe», comme la surnomment ses détracteurs allergiques au kitsch, n’avait pas dit son dernier mot: plus les semaines passaient, plus les ventes augmentaient.

Tess Holliday lors de la cérémonie des Grammy Awards, le 26 janvier 2020 © Getty Images
«La plupart des gens qui achètent ma robe ne savent pas encore s’ils pourront la porter pour un événement. Mais ils aiment simplement pouvoir l’enfiler chez eux.»

Lirika Matoshi

styliste

«Personnellement, je ne saurais pas où la porter, a confié sa créatrice à Vogue. Je n’ai pas enfilé de robe depuis le début de la pandémie!» Pour Vanity Fair, le déferlement de la tendance cottagecore (retour à la nature romantique et ode à la campagne) est l’une des raisons qui ont fait de la robe un must de la saison. «S’offrir cette pièce unique permet de se changer les idées, de retrouver un peu de ce "monde d’avant", où l’on pouvait encore sortir et s’habiller en conséquence», note le magazine.

«Ou tout simplement d’enchanter son quotidien confiné en se glissant, pour une journée ou quelques heures, dans une robe de bal qui illumine tout autour de nous, même la plus banale des conférences Zoom.»

L’univers de Lirika Matoshi se compose essentiellement de couleurs pastel et de clins d’œil à Disney. «La plupart de mes créations sont inspirées de mon enfance, a-t-elle confié à Vogue. J’ai l’impression que ce qui me fait me sentir mieux, ce sont les fraises, les robes, la nature de façon générale.»

La styliste a mis un point d’honneur à proposer sa robe phare jusqu’à la taille 46. Mais s’offrir une dose de nostalgie et d’insouciance a un prix: «The Strawberry Dress» coûte 490 dollars. Et pour 50 dollars supplémentaires, on peut désormais s’offrir le masque assorti. Chaque modèle est unique et nécessite deux jours de travail pour 3 couturiers. Pour se glisser dans la peau d’une princesse et s’octroyer une parenthèse enchantée, aucun sacrifice financier ne semble trop important, non?

Pour recevoir les derniers articles de Femina, inscrivez-vous aux newsletters.

Muriel vous suggère de lire aussi:

Podcasts

Dans vos écouteurs

E41: Les pouvoirs de l'écriture et comment se lancer

Dans vos écouteurs

E40: Comprendre et pratiquer l'autohypnose

Vidéos

Notre Mission

À la recherche d'un nouveau souffle pour votre allure ou votre maison? Toutes les tendances mode, beauté, déco pour inspirer votre quotidien!

Icon Newsletter

Newsletter

Vous êtes à un clic de recevoir nos sélections d'articles Femina